AfriqueDiversSénégal

Trois Sénégalaises arrêtées par la gendarmerie pour pratique d’excision

Certaines femmes pratiques toujours les mutilations génitales malgré le fait qu’elles soient interdites au Sénégal. C’est le cas à Sinthiang Dembayel, village situé dans la commune de Bagadadji où Binta Baldé, âgée de plus de 50 ans, et ses deux complices, Oumou Baldé et Mariama Mballo, ont été arrêtées par la gendarmerie de Kolda en train d’exciser des jeunes filles. Interrogées, elles ont toutes reconnu les faits qui leur sont reprochés. Elles ont été placées sous mandat de dépôt et attendent leur jugement pour mutilation génitale.
Il faut dire que ces faits perdurent malgré la répression de l’excision et la sensibilisation des ONG

Malgré l’adoption de la loi interdisant la pratique des mutilations génitales féminines considérées comme une grave atteinte à l’intégrité physique des jeunes filles et les campagnes de sensibilisation, la pratique de l’excision en Afrique persiste. « Les exciseuses ont adopté d’autres stratégies. Soit elles excisent au berceau, soit elles voyagent au niveau des pays limitrophes, où ces pratiques ne sont pas récurrentes comme la Gambie, le Mali ou les deux Guinées pour exciser les filles et revenir au bercail une fois que les plaies sont cicatrisées. Cette pratique montre également que la répression ne suffit pas, il faut donc conscientiser les petites filles qui, à long terme, vont devenir des mères. »

Qu’en pensez-vous ?

Source : Seneweb.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
error: Le contenu est protégé !!