USA

USA: Avec 35 dollars, il est possible de pirater la NASA

D’après un rapport présenté par le Bureau de l’inspecteur général de la NASA, les hackers ont réussi à s’introduire dans le réseau de l’agence et ont volé environ 500 mégaoctets de données. Il s’agit d’un rapport sur la gestion de la cybersécurité et la surveillance au Jet propulsion(JPL) qui a indiqué les causes et les méthodes utilisées pour le piratage informatique qui a eu lieu l’année dernière.

En effet, en Avril 2018, des hackers avaient réussi à dérober environ 500 mégaoctets de données liées aux missions sur Mars. D’après le rapport sur les pirates informatiques, l’attaque avait duré environ un an dans les réseaux du JPL à Pasadena en Californie. Elle avait été réalisée grâce à un appareil non-autorisé dans le réseau  du JPL nommé Raspberry Pi. Il s’agit d’un nano-ordinateur monocarte d’une valeur de 35 dollars et de la taille d’une carte de crédit qui peut être branché sur des télévisions. Cet appareil est souvent utilisé par des enfants pour apprendre à coder, rapporte Sputniknews.

Publicité

View this post on Instagram

Meet the new Raspberry Pi 4! Hackster contributor @aallan walks us through what's new on this beefy board. Available in 3 tiers of memory (1, 2, and 4GB), and updated with a vastly superior brain, this Pi finally feels like a real desktop computer. Running on Raspbian Buster, it can drive two 4K monitors and sports true gigabit Ethernet. Plus, it can be ordered as part of the full Desktop Kit, with a USB-C charger to power this beast. ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ // 💻 bit.ly/raspberrypi4 ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ #hackster #raspberrypi #raspberrypi4 #rpi #rpi4 #singleboardcomputer #sbc #hardware #desktopcomputer #raspbian

A post shared by Hackster.io (@hacksterio) on

Suite à cette attaque, des fichiers confidentiels ont été atteints avec des informations scientifiques obtenues par le rover Curiosity qui exerce une mission d’exploration sur la planète Mars comprenant des données couvertes par la loi de contrôle à l’export de technologies pouvant être utilisées militairement.

Du côté des enquêteurs, il y a des inquiétudes dues au fait que les pirates informatiques ont réussi à avoir accès au  Deep Space Network (DSN) de la NASA qui est utilisé pour les communications avec ses engins spatiaux interplanétaires pour la recherche en radioastronomie du système solaire et de l’Univers et dans le cadre de quelques missions en orbite autour de la Terre.

«De façon plus importante, l’assaillant a réussi à s’introduire dans deux des trois réseaux principaux du JPL», révèle le rapport. « L’attaquant a extrait un total de 500 mégaoctets de données contenues dans 23 fichiers », a déclaré le Bureau de l’inspecteur général de la NASA.

Pub


 

Crédit photo:

Tags

Oscar Mbena

Bonjour, je suis Oscar MBENA. Je vous invite à lire mes articles sur l'actualité politique, les faits de société, le sport, la santé et la culture.   oscarborel@afrikmag.com

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer