Afrique

Vieux dirigeants africains : Que deviennent-ils après leur destitution ?

Des présidents de longue date ou des dirigeants qui s’accrochent au pouvoir sont une caractéristique commune de la politique africaine.

Un mélange d’institutions faibles, de dirigeants avides de pouvoir, d’élites heureuses grâce au favoritisme du gouvernement et d’une presse bâillonnée ont aidé plusieurs dirigeants du continent à rester au pouvoir beaucoup plus longtemps que prévu. Mais ces dernières années ont été particulièrement difficiles pour certains vieux dirigeants africains.

Les manifestations de masse, la montée de l’activisme des médias sociaux, les défaites électorales et même des coups d’État démodés ont conduit à la destitution de certains de ces dirigeants africains.

Publicité

Que deviennent-ils plus tard ?

Il y a un an, Robert Mugabé, président du Zimbabwe pendant 37 ans, a démissionné à la suite d’un coup d’État militaire. Mugabe, 94 ans, a passé sa retraite forcée hors de la vue du public. Cependant, le nonagénaire a utilisé ses rares apparitions publiques et ses commentaires pour tenter de revenir dans le jeu.

Lors d’une interview accordée en mars, Mugabe a qualifié sa destitution « d’illégale » et de « déshonneur ».

Juste avant que le Zimbabwe ne tienne les premières élections, l’ancien président, une fois de plus, a cherché à exercer une influence : il aurait soutenu le principal candidat de l’opposition.

Quand les dirigeants de longue date ont besoin d’une épaule pour se pencher lorsqu’ils sont expulsés du pouvoir, ils se tournent souvent vers d’autres dirigeants les plus vieux.

Le gambien Yahya Jammeh a passé son exil en Guinée équatoriale, il n’a pas vraiment passé la nuit sans faire de bruit.

Parmi ses tentatives de rester au pouvoir, il a d’abord concédé la défaite avant d’appeler à de nouvelles élections. Il a fallu la menace d’une action militaire régionale pour que Jammeh renonce à la présidence, mais pas avant qu’il ne s’en aille avec des voitures coûteuses, dont deux Rolls Royce.

Le regretté et brutal dictateur ougandais Idi Amin a choisi de quitter le continent lorsque les forces rebelles ont mis fin à son règne de huit ans. Il s’est d’abord réfugié en Libye avant de s’exiler en Arabie Saoudite où il est mort et a été enterré. Il n’a jamais été jugé pour ses crimes.

Le Libérien Charles Taylor, qui a gouverné pendant six ans mais qui a terrorisé le pays beaucoup plus longtemps, n’a pas eu autant de chance. Après sa tentative de s’installer au Rwanda, il a purgé une peine de 50 ans de prison au Royaume-Uni.

Il a été reconnu coupable de crimes de guerre commis pendant les guerres civiles au Liberia et en Sierra Leone. Taylor a passé trois ans en exil au Nigeria après avoir démissionné de son poste en 2003, mais a finalement été extradé vers le Liberia et jugé à La Haye.

L’Égyptien Hosni Moubarak, renversé en 2011 au milieu des protestations du printemps arabe après 30 ans de règne, a également été accusé de corruption et de meurtre après sa destitution. Toutefois, une condamnation à perpétuité pour la mort de 239 personnes lors de manifestations contre son régime a finalement été annulée par la plus haute cour d’appel d’Égypte l’année dernière, après six ans de détention.

L’effondrement de leur empire

Publicité 2


L’année dernière, lorsque l’ancien président angolais Eduardo Dos Santos a volontairement démissionné de son poste après 38 ans de règne, très peu de gens croyaient vraiment qu’il renonçait complètement au pouvoir.

Dos Santos, 76 ans, devait rester à la tête du parti au pouvoir avec João Lourenço, son ancien ministre de la Défense, installé comme son successeur présidentiel. Les enfants de Dos Santos occupaient également des postes clés au sein du gouvernement : Isabel Dos Santos dirigeait la compagnie pétrolière d’État Sonangol tandis que José Filomeno était responsable du fonds souverain de 5 milliards de dollars de l’Angola.

Mais tout a basculé quand le nouveau président, João Lourenço a licencié les enfants de Dos Santos et annulé des contrats attribués à des entreprises liées à la famille Dos Santos. Jose Filomeno a également été arrêté pour fraude. Pour sa part, Dos Santos a été contraint de nier les allégations de corruption.

La politique des dirigeants de longue date reste dominante sur le continent malgré les critiques persistantes. Les victoires électorales avec plus de 90% des voix sont toujours fréquentes et certains vieux dirigeants ont toujours l’intention d’être présidents à vie. Le président camerounais, Paul Biya a récemment été assermenté pour un septième mandat.

Crédit photo : l360

Tags

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer