À la UneAfrique
A la Une

Voici le premier pays africain à être payé pour réduire ses émissions de carbone

Le Gabon est devenu le premier pays d’Afrique à être payé pour réduire les émissions de carbone et la dégradation des forêts.

La récompense de 14 millions d’euros est basée sur une évaluation indépendante des efforts du pays pour réduire les émissions de CO2 en 2016 et 2017.

Ces paiements basés sur les résultats font partie d’un accord décisif entre le Gabon et l’Initiative pour les forêts d’Afrique centrale (CAFI). L’accord de 10 ans, signé en 2019, pourrait voir le pays recevoir près de 126 millions d’euros s’il atteint ses objectifs de réduire encore de moitié les émissions de carbone d’ici 2025.

CAFI a été lancé en 2015 par les Nations Unies et est soutenu par des donateurs dont le gouvernement norvégien.

« C’est la première fois qu’un pays africain est récompensé pour avoir réduit les émissions liées aux forêts au niveau national », a déclaré Sveinung Rotevatn, ministre norvégien du Climat et de l’Environnement.

« Il est extrêmement important que le Gabon ait fait ce premier pas. Le pays a démontré qu’avec une vision, un dévouement et un dynamisme forts, des réductions d’émissions peuvent être réalisées dans la forêt du bassin du Congo.

Les forêts du Gabon couvrent 88 pour cent du pays et abritent une faune unique, dont 60 pour cent des éléphants de forêt restants dans le monde . Les arbres absorbent au total 127 millions de tonnes de CO2 chaque année, l’équivalent du retrait de 30 millions de voitures des routes du monde.

Pour préserver ses forêts tropicales quasi vierges, le pays a créé 13 parcs nationaux depuis le début des années 2000. Depuis 1990, les taux de déforestation ont été historiquement bas dans ses territoires – moins de 0,08 pour cent.

Cela signifie que réduire les émissions de carbone en protégeant les forêts est une tâche difficile, mais cela n’a pas empêché le pays d’introduire des objectifs ambitieux.


Le ministre gabonais des eaux et forêts, des mers et de l’environnement, le professeur Lee White, a déclaré que la première tranche aidera à financer d’autres projets pour préserver les forêts du Gabon.

« Cela ouvre également la voie au Gabon pour finaliser les systèmes qui seront nécessaires pour permettre au pays de vendre formellement des crédits de carbone à l’avenir. »

L’argent ira à des investissements dans une multitude de projets visant à réduire les émissions de carbone, notamment la foresterie communautaire, la recherche scientifique et les systèmes qui soutiennent les aires protégées. White dit que la reconnaissance par CAFI des efforts du pays est encourageante car ils sont la référence mondiale pour ce type de paiements.

« Nous travaillons avec des partenaires pour développer des mécanismes de paiement qui nous permettront de stabiliser les forêts et d’inverser la déforestation et la dégradation des forêts dans les pays HFLD (forte forêt/faible déforestation), plutôt que de simplement ralentir la déforestation. »

Amadou Bailo Diallo

Je suis Amadou Bailo Diallo, Rédacteur en chef chez AfrikMag. Très friand de lecture, de rédaction et de découverte. Mes domaines de prédilection en matière de rédaction sont la politique, le sport et les faits de société. Je représente AfrikMag en Guinée aDiallo@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page