Sport
A la Une

Football / France: le volte-face de Kamara qui a été appelé par Deschamps après avoir dit « oui » au Sénégal

A l’heure d’affronter le Danemark (3 juin), la Croatie (6 et le 13 juin) et l’Autriche(10 juin).  Le sélectionneur national de l’équipe de France a convoqué Boubacar Kamara. Une convocation qui crée presqu’une polémique pour le Franco-Sénégalais.

Didier Deschamps a dévoilé une liste de 24 joueurs pour les prochains matchs de l’équipe de France pour affronter quatre adversaires en Ligue des Nations de Football.  Pour ce qui est des nouveaux, la surprise du chef vient de la convocation de Boubacar Kamara.

Alors que L’Equipe assurait le mois dernier que le milieu défensif de l’Olympique de Marseille a donné son accord au sélectionneur du Sénégal, Aliou Cissé, en vue de représenter les Lions à la Coupe du monde 2022, le binational a finalement été appelé pour la première fois en équipe de France ce jeudi.

Le minot a au préalable été évidemment consulté par le sélectionneur tricolore Didier Deschamps, qui s’est défendu d’avoir cherché à «bloquer» le Phocéen.

« iIl est là de par ce qu’il réalise avec son club dans un registre bien particulier, même si c’est lié à l’absence d’autres joueurs qui avaient l’habitude d’être là, notamment la blessure de Pogba», s’est d’abord justifié le technicien en conférence de presse, avant de répondre à la polémique. «Vous vous doutez bien par rapport à ce que ‘il semblerait’, ‘il paraîtrait’, ce que je peux vous dire, quand j’ai été confronté à appeler un joueur qui a cette liberté-là, des binationaux, d’avoir le choix, à aucun moment je ne l’ai fait ou je ne le ferai, de sélectionner un joueur, pour empêcher un joueur d’avoir un deuxième choix. Mais à partir du moment où le joueur a une position très claire, où son objectif c’est d’être international français, il n’y a pas de discussion à avoir. Mais, évidemment, je fais en sorte d’avoir cette réponse-là avant de pouvoir choisir ou pas choisir

lire aussi: Football : voici la cagnotte que va remporter le vainqueur de la Ligue des Champions


Présent lors du dernier rassemblement, le Lensois Jonathan Clauss, qui a connu ses premières sélections, est toujours là. «Je l’ai pris pour ce qu’il fait sur le terrain avec son club. Il y a eu les lendemains à digérer. Depuis, il a repris sa route. Venir ici, c’est une étape, pas un aboutissement, comme je lui ai dit. De par ce qu’il fait et continue à faire à Lens, je le prends, ce n’est pas un one shot comme on dit», a expliqué le coach, qui a ensuite dû évoquer les cas des absents de marque, notamment le Milanais Olivier Giroud, buteur contre la Côte d’Ivoire et l’Afrique du Sud en mars, alors que Karim Benzema est de retour dans la liste. «Je vous laisse libre à vos conclusions hâtives, je ne vais pas me répéter. Je veux sur ces quatre matches-là offrir la possibilité aux autres offensifs de pouvoir avoir plus de temps de jeu», a-t-il d’abord indiqué avant d’ajouter face aux relances.

«Reprenez tout ce que j’ai dit depuis le mois de mars, où Olivier est revenu avec nous. Ce que je vous avais dit sur son statut, ça n’a pas changé. En plus, j’ai envie de donner du temps aux autres attaquants, qui sont très performants avec leur club, Wissam, Christopher élu meilleur joueur en Allemagne et Moussa qui a des statistiques intéressantes. Vous me reposerez la question en novembre. Vous aurez la réponse à ce moment-là. Je fais en sorte de rester cohérent par rapport à ce que je vous dis et ce que je dis aux joueurs.». Vainqueur de la Ligue des Nations l’année dernière, la France affiche encore ses grosses ambitions et espère gagner à nouveau le trophée.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page