Cameroun: l’infirmerie de la prison de Kondengui transformée en centre de prostitution

31

D’après les informations recueillies auprès des prisonniers et certains geôliers, une gardienne de prisons en service au laboratoire de l’infirmerie serait au centre d’un commerce s*xuel qui lui procurerait beaucoup d’argent

Le principal commanditaire est une infirmière, gardienne chef de prisons en service au laboratoire, dont l’activité fait couler beaucoup d’encre et de salive au cœur de ce pénitencier. Rappelons que le s*xe est strictement interdit au sein de cet univers carcéral.

Publicité

Les téléphones portables, l’alcool, la drogue, la cigarette sont infiltrés sans aucun contrôle remarquable au point où les geôliers eux-mêmes font du commerce de ces stupéfiants leur principal business. Affectée à l’infirmerie de la prison centrale de KONDENGUI au service du laboratoire, en 2011, la dame en question la trentaine sonnée, serait la concubine d’un responsable bien influent au ministère de la justice, raison pour laquelle les dégâts qu’elle commet n’effleurent pas la sensibilité de ses supérieurs.

Selon son mode opératoire, elle introduit les femmes détenues dans son box du laboratoire et appelle au téléphone ses clients détenus contre une somme de 15.000 FCFA pour 20 minutes. Le système fonctionne comme suit, vous allez au laboratoire faire des examens aussitôt sur les lieux vous rencontrez votre vis-à-vis et la gardienne prend soin de jouer la sentinelle.

Soulignons que, le laboratoire de l’infirmerie se trouve à l’intérieur du quartier des femmes, on peut entrer à l’infirmerie et se retrouver au hall qui longe l’entrée du quartier des femmes. De l’autre côté, la gardienne chef en question ne s’arrête pas là, les prisonniers de luxe capables de lui verser 50.000 FCFA peuvent soulager leur besoin l*bidineux en toute discrétion.

Publicité

Notons que cette infirmière ne travaillerait pas seule, c’est toute une longue chaîne. Le mauvais partage du butin à chaque fois qu’elle opère, l’aurait mis en désaccord avec une collègue qui a tout dévoilé. Il est donc inutile de se poser la question de savoir comment les détenues tombent enceinte constamment et accouchent des bébés prisonniers avec cette nouvelle forme de gestion à la prison centrale de KONDENGUI.
Qu’en pensez-vous ?

Source : Camerweb.com

Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

31 commentaires

  1. Gladiator Malooy sur

    Il est dit, l’organe qui ne travail pas s’affaibli, alors laissez-les mettre tout en mouvement, pourquoi interdir l’un des nos sentiments???

  2. Laissé la dame tranquille elle n’a forcé personne je prends exemple suis en prison depuis 1ans je n’ai reçu aucune visite d un membre de ma famille je fais comment pour vivre? Suis désolé dieu m’a donné un fond de commerce je souffre pourquoi je tire un coup a 15000fr c’est beaucoup c est pas un compteur pour marquer faites y un tour vous allez voir comment ils souffrent en prison

  3. Si vraiment la jutice joue son rôle au cameroun quelle serait la réaction du gouvernement face à ce fait unschûldigung . Mais je doute fort que le va réagi.

  4. Un regard d’abord aux décideurs pour la santé du pensionnaire durant sont séjour carcéral , les droits de l’homme dans ce pays ne sont qu’un vain mot. le ventre affamé peut pousser un individu consentant pour sauver la cause et non par conviction.

  5. ces déclarations ne sont qu’une partie de tous ce qui se passe à la prison centrale de yaoundé. je travaille surplace depuis 2010. personne ne veut de nos preuves

  6. C.est un pb complexe.priver le sex a un humain peut avoir des conséquences très graves.(viol,homosexualité,stress chronique…).cette dame en violant la loi, évite…

  7. bismus blaise sur

    On trouve toujours le mal partout. C’est celui qui veut calmer sa soif qui cherche la où l’eau se trouve. Cette dame n’y est pour rien. Elle ne va pas arnaquer les prisonniers. Ce eux-mêmes qui cherchent à calmer leur libido. On vous a dit que quand on est prisonnier on pas envie de zigouiller.

Laissez une réponse

---
!-- Quantcast Tag -->