Inspiration

Abdul Karim Bangura: le Sierra-Léonais qui a 5 Doctorats, 2 Masters et 2 Licences

Bangura, compté parmi l’une des personnes les plus instruites au monde, est titulaire de cinq doctorats, a publié 66 livres et plus de 600 articles de recherche.

Chercheur en résidence sur les connexions abrahamiques et les études islamiques pour la paix au Centre pour la paix mondiale de l’American University, le Sierra-léonais-Américain est titulaire des diplômes suivants :

Doctorat en mathématiques, Université de Columbus.

Publicité

Doctorat en linguistique, Georgetown University.

Doctorat en sciences politiques, Université Howard.

Doctorat en économie du développement, Université de Maryland Baltimore Graduate School.

Doctorat en Informatique, Université de Columbus.

Master en Linguistique, Université de Georgetown.

Master en Études internationales, American University.

Licence en Sciences Sociales, Stockholms Universitet.

Licence en Études internationales, Université américaine.

Membre de nombreuses organisations savantes et de comités de rédaction, M. Bangura a voyagé dans presque tous les pays de tous les continents, à l’exception de l’Antarctique, pour donner des conférences, présenter des articles, s’engager dans des actions en faveur de la paix et participer à des émissions de télévision et de radio. Titulaire de nombreux prix d’enseignement, d’érudition et de service communautaire, le professeur, qui parle couramment une douzaine de langues africaines et six langues européennes, a travaillé dans diverses institutions.

En plus d’enseigner à l’université Howard, il a été professeur de relations internationales et d’études islamiques sur la paix, chercheur en résidence au Center for Global Peace, coordinateur de Licence en études internationales – concentration paix internationale et résolution des conflits (IPCR), coordinateur de la série de conférences islamiques, coordinateur du NCUR, et conseiller pédagogique du projet Afrique au Center for Global Peace, de l’American University Undergraduate Research Association (AUURA), entre autres. M. Bangura a également enseigné à l’université de Georgetown et au Sojourner-Douglass College.

Né le 26 août 1953 à Bo Town, en Sierra Leone, d’Ali Kunda Bangura, un homme politique, et de Fatmata Jalloh, une femme d’affaires, M. Bangura a fait ses études secondaires à Freetown et a vécu avec d’autres membres de sa famille pendant son enfance. Musulman, il été enfant de chœur pendant sa jeunesse et a étudié le judaïsme auprès de rabbins vénérés en Italie.

Après son premier doctorat, il a postulé pour un poste de professeur au Fourah Bay College, mais il n’a reçu aucune réponse accusant réception de sa candidature. Il a envoyé une autre candidature. Là encore, il n’a reçu aucune réponse.

« Alors que je travaillais aux États-Unis et que j’attendais l’occasion de me rendre en Sierra Leone, j’ai été fasciné par les travaux de Cheikh Anta Diop et des premiers penseurs égyptiens tels que Imhotep, Ptahhotep, Hypathia, etc. et j’ai réalisé qu’ils étaient tous de grands penseurs parce qu’ils étaient pluridisciplinaires.

Publicité 2

J’ai alors décidé d’étudier davantage pour acquérir le plus de connaissances possible, comme l’enseigne le Saint Coran. Mais pour ce faire, je devais m’inscrire à un programme et étudier à temps plein si je voulais obtenir une bourse. Le reste, comme on dit, appartient à l’histoire, car un doctorat en a entraîné un autre », a-t-il déclaré à Sierra Express Media.

Il a fallu à Karim Bangura environ 13 ans pour obtenir ses cinq doctorats, car il commençait un autre programme tout en rédigeant la thèse de doctorat d’un autre, a-t-il expliqué. L’un des Sierra-Léonais les plus instruits au monde, il n’a pas tourné le dos à son pays.

« Mon éducation m’a permis d’aider des étudiants sierra-léonais et d’autres étudiants noirs à obtenir des bourses dans mon établissement universitaire et dans d’autres, d’aider des étudiants sierra-léonais et d’autres Africains à obtenir la formation dont ils ont besoin en dehors du pays, de gagner de l’argent et envoyer des fonds en Sierra Leone. », se félicite Bangura.

M. Bangura a également l’intention de contribuer à la reconstruction du système éducatif de son pays d’origine, tout en espérant que ses dirigeants feront appel aux meilleurs et aux plus brillants d’entre eux, dans leur pays et dans la diaspora. Lorsque Bangura n’est pas en train de lire, de visiter des bibliothèques, des archives et des musées, ou de voyager, il regarde le football.

Crédit photo : facetofaceafrica

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page