EuropeMonde
A la Une

Accusé par la Chine d’avoir une épidémie de «pneumonie inconnue» plus meurtrière que la COVID-19, le Kazakhstan répond!

Le Kazakhstan a catégoriquement nié les allégations du gouvernement chinois selon lesquelles il cacherait une épidémie de pneumonie inconnue plus meurtrière que la Covid-19.

Le jeudi 9 juillet, l’ambassade de Chine au Kazakhstan a averti ses citoyens vivant dans le pays qu’une pneumonie inconnue avait tué plus de 1 700 personnes, les exhortant à prendre des mesures préventives pendant leur séjour dans le pays car la maladie était plus mortelle que la Covid-19.

« Le département de la santé du Kazakhstan et d’autres agences mènent des recherches comparatives et n’ont pas défini la nature du virus de la pneumonie”, indique le communiqué.

Publicité

 “Les nouveaux cas de pneumonie non identifiés ont considérablement augmenté depuis la mi-juin dans tout le pays”, a déclaré l’ambassade, ajoutant que, dans certains endroits, les autorités signalent des centaines de nouveaux cas par jour.

Selon l’ambassade, l’augmentation s’est concentrée dans les régions d’Atyrau, d’Aktobe et de Shymkent, qui ont ensemble près de 500 nouveaux cas et plus de 30 patients gravement malades.

La maladie a tué 1 772 personnes cette année, dont certains étaient des citoyens chinois, selon l’ambassade.  Au total, 628 de ces décès ont eu lieu en juin seulement.  “Cette maladie est beaucoup plus mortelle que Covid-19”, ajoute le communiqué.

Cependant, le Kazakhstan a démenti l’affirmation de la Chine selon laquelle la pneumonie est inconnue.

Dans un communiqué publié vendredi 10 juillet, le ministère de la Santé du Kazakhstan a reconnu la présence de «pneumonies virales d’étiologie non précisée», mais a nié que l’épidémie soit nouvelle ou inconnue.

 “En réponse à ces informations, le ministère de la Santé de la République du Kazakhstan déclare officiellement que ces informations ne correspondent pas à la réalité”, indique le communiqué.

Le communiqué ajoute que la classification de la pneumonie «non spécifiée» suivait les directives de l’Organisation mondiale de la santé «pour l’enregistrement de la pneumonie lorsque l’infection à coronavirus est diagnostiquée cliniquement ou épidémiologiquement mais n’est pas confirmée par des tests de laboratoire».

Dans un communiqué publié sur ses réseaux sociaux, le ministère kazakh de la Santé a déclaré que le ministre Aleksey Tsoy avait parlé d’un certain nombre de cas de pneumonie dans tout le pays lors d’un point de presse jeudi.  Ces cas incluaient différents types de pneumonie bactérienne, fongique et virale – y compris une «étiologie non précisée».

Publicité 2

Selon l’agence de presse kazakhe Kazinform, qui a cité des données officielles, le nombre de cas de pneumonie dans la capitale Nursultan a plus que doublé en juin par rapport à la même période l’an dernier.

 «Jusqu’à 200 personnes sont admises dans les hôpitaux chaque jour.  Au cours des derniers jours, quelque 300 personnes atteintes de pneumonie ont été transportées à l’hôpital par jour.  En plus, certains reçoivent un traitement à domicile », a déclaré le chef du service de santé de Nursultan.

La pneumonie est une infection des poumons causée le plus souvent par un virus ou une bactérie.

En 2017, pour commémorer la Journée Mondiale contre la Pneumonie, des organisations de plus de dix pays ont réclamé une augmentation de leurs budgets destinés au financement local des vaccins contre la pneumonie et des programmes de vaccination de routine.

Tags

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer