Politique

Après le Burundi, L’Afrique du Sud décide à son tour de se retirer de la Cour Pénale Internationale

C’est connu depuis hier, l’Afrique du Sud risque de devenir le premier pays africain à se retirer de la Cour pénale internationale (CPI). Peut-être même avant le Burundi. La décision du pays de Mandela  de quitter la Cour Pénale Internationale a été mentionnée mercredi dernier à l’Organisation des Nations Unies.

Pretoria a annoncé dans un courrier à l’ONU, mercredi, que ce retrait « prendra(it) effet dans un an, à compter de la date de réception de cette lettre par le secrétaire général de l’ONU ». La nouvelle a été diffusée à la télévision publique vendredi 21 octobre. La nouvelle a été diffusée ce jour dans le journal officiel du pays.

Publicité

Après le Burundi, L’Afrique du Sud décide à son tour de se retirer de la Cour Pénale Internationale

La partie la plus intéressante de cette lettre écrite des mains de la chef de la diplomatie sud-africaine dit : « La République d’Afrique du Sud a conclu que ses obligations au regard de la résolution pacifique des conflits étaient parfois incompatibles avec l’interprétation donnée par la Cour pénale Internationale ».

L’Afrique du Sud avait exprimé il y a déjà un an l’intention de quitter la CPI après les critiques émises à son encontre pour ne pas avoir exécuté un mandat d’arrêt lancé contre le président soudanais Omar Al-Bachir, accusé de génocide et de crimes de guerre.

Après le Burundi, L’Afrique du Sud décide à son tour de se retirer de la Cour Pénale Internationale

L’Afrique du Sud avait déjà initié au sein de l’Union africaine, une possibilité de sortie de la CPI pour les 34 pays africains membres. La polémique a toujours existé dans cet organisme de l’ONU. Dans la mesure où ce sont toujours et seulement les Africains qui y sont condamnés. Pourtant, dans plusieurs pays occidentaux, existent des responsables politiques passibles d’une peine devant cette cour.

Après le Burundi, L’Afrique du Sud décide à son tour de se retirer de la Cour Pénale Internationale

Pour se retirer du traité de Rome, un pays doit en informer le secrétaire général de l’ONU et son retrait prend officiellement effet un an plus tard

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer