À la UneDiversSociété
A la Une

Allemagne: l’ancien pape Benoît XVI cité dans un rapport de p3dophilie

Un rapport explosif sur la gestion des abus s3xuels sur des enfants dans l’Église catholique devrait être publié en Allemagne, et l’ancien pape Benoît XVI est cité parmi ceux qui figurent dans le rapport.

Le rapport du cabinet d’avocats Westpfahl Spilker Wastl (WSW) analysera la manière dont les cas d’abus ont été traités dans l’archidiocèse de Munich et Freising entre 1945 et 2019. L’archidiocèse de Munich, qui a commandé le rapport, a déclaré qu’il examinera « si les responsables se sont conformés aux  exigences légales… et ont agi de manière appropriée dans le traitement des cas suspects et des auteurs potentiels ».

L’ex-pape Benoît, dont le nom civil est Josef Ratzinger, a été archevêque de Munich de 1977 à 1982. Pendant ce temps, un prêtre pédophile désormais notoire nommé Peter Hullermann a été transféré à Munich depuis Essen dans l’ouest de l’Allemagne où il avait été accusé d’avoir abusé d’un garçon de 11 ans.

Hullermann a été réaffecté à des fonctions pastorales malgré son histoire. En 1986, date à laquelle Ratzinger avait été transféré au Vatican, Hullermann a été reconnu coupable d’avoir agressé d’autres enfants et condamné à une peine de prison avec sursis. Même après sa condamnation, il a continué à travailler avec des enfants pendant de nombreuses années et son cas est considéré comme un exemple pertinent de la mauvaise gestion des abus par l’Église. Benoît a nié connaître l’histoire du prêtre.

L’ex-pape a fourni une déclaration de 82 pages en réponse aux questions de WSW, selon les médias allemands. Le pape émérite « prend très à cœur le sort des victimes d’abus » et est pleinement « favorable à la publication du rapport de Munich », a déclaré son porte-parole Georg Gaenswein au quotidien Bild.

Benoît, 94 ans, est devenu en 2013 le premier pape à démissionner de son rôle en 600 ans et vit maintenant une vie isolée dans un ancien couvent à l’intérieur du Vatican.

Le groupe catholique réformiste « Wir sind Kirche » (Nous sommes l’Église) a appelé l’ex-pontife à assumer la responsabilité de ce qui s’est passé alors qu’il dirigeait le diocèse de Munich.

« Un aveu de Ratzinger selon lequel, par ses actions ou ses inactions, ses connaissances ou son ignorance, il a été personnellement et professionnellement complice de la souffrance de nombreux jeunes serait (…) un exemple pour de nombreux autres évêques et responsables« , a-t-il déclaré dans un communiqué. 

L’Église catholique allemande a été secouée par une série de rapports ces dernières années qui ont révélé des abus généralisés d’enfants par des membres du clergé. Une étude commandée par la Conférence épiscopale allemande en 2018 a conclu que 1 670 membres du clergé dans le pays avaient commis une forme d’agression s3xuelle contre 3 677 mineurs entre 1946 et 2014.

Cependant, le nombre réel de victimes serait beaucoup plus élevé. Un autre rapport publié l’année dernière a révélé l’ampleur des abus commis par des prêtres dans le principal diocèse allemand de Cologne.

Le cardinal Reinhard Marx, l’actuel archevêque de Munich et de Freising, a offert l’année dernière au pape François sa démission pour « l’échec institutionnel et systémique » de l’église dans sa gestion des scandales d’abus s3xuels sur des enfants.


Cependant, le pape François a rejeté son offre, exhortant le cardinal connu pour ses réformes à rester et à aider à façonner le changement dans l’Église catholique. En tant qu’archevêque de Munich depuis 2007, Marx pourrait également se retrouver sous le feu des projecteurs dans le rapport du WSW.

Friedrich Wetter, qui a tenu le rôle de 1982 à 2007, est également toujours en vie. Les paiements aux victimes d’abus ont été augmentés en 2020 jusqu’à 50 000 euros (56 700 dollars), contre environ 5 000 euros auparavant, mais les militants affirment que la somme est toujours insuffisante.

LIRE AUSSI:  Abus de l’église catholique: des religieuses ont utilisé des crucifix pour v*oler des filles en France

Avant la publication du rapport munichois, le groupe de victimes d’Eckiger Tisch a appelé à « une indemnisation au lieu de paroles creuses. « Beaucoup trop d’enfants et de jeunes ont été victimes » d’un système « façonné par l’abus de pouvoir, l’opacité et le despotisme », a déclaré Matthias Katsch, porte-parole du groupe.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page