Côte d'IvoireSociété

Atteinte à la liberté de la presse: L’Unjci s’insurge et condamne !

L’Union Nationale des Journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI), est montée au créneau pour dénoncer l’assiègement de Totem Communication par la police. Le siège de cette société, éditrice du quotidien L’Intélligent d’Abidjan, a été la cible d’une occupation policière ce mardi 23 octobre. Pour cause, Evariste Méambly, député de Facobly, et candidat PDCI aux élections régionales du Guemon, devait y tenir une conférence de presse. 

Dans une note parvenue à la rédaction d’Afrikmag, l’union des journalistes Ivoiriens exprime son mécontentement vis à vis du traitement barnare qu’ont subi plusieurs de ses membres.

Ci dessous, la déclaration de l’Unjci

L’Unjci dénonce et condamne la violation de la liberté de la presse dont ont été victimes plusieurs de ses membres de la part des policiers du 22ème arrondissement d’Angré et de la préfecture de Police d’Abidjan.

Ø  Les faits

Publicité

La structure Totem Communication a été sollicitée par le député de Facobly, EVARISTE Meambly, par ailleurs président sortant du Conseil régional du Guemon pour l’organisation d’une conférence de presse le mardi 23 octobre au siège de ladite structure qui abrite également les bureaux du journal l’Intelligent d’Abidjan et du journal en ligne afrikipresse.fr.

Totem Communication a adressé une invitation par annonce publicitaire à tous les médias pour la couverture de cette conférence de presse. Plusieurs journalistes ont répondu présent le matin du mardi 23 octobre 2018.

Cependant, dès 8 heures 30, des policiers du 22ème arrondissement et de la Préfecture de police  ont assiégé les lieux à l’effet d’empêcher que la conférence de presse se tienne. Ils n’ont brandi aucun mandat officiel.

Il s’en est suivi une altercation qui a duré au moins trois heures entre le député, les journalistes et les policiers.

Ø Condamnation

L’Unjci s’insurge contre cette atteinte grave à la liberté de la presse.

L’Unjci condamne avec la dernière énergie cette bavure de la part des policiers. L’Unjci demande aux autorités compétentes d’ouvrir une enquête afin de situer les responsabilités des uns et des autres et que des sanctions exemplaires soient prises contre les auteurs d’un tel acte.

L’Unjci apporte son soutien ferme à Totem communication, au journal l’Intelligent d’Abidjan, à Afrikipresse.fr ainsi qu’à leurs personnels respectifs.

Publicité 2

Fait à Abidjan, le 23 octobre 2018

Déclaration UNJCI 

Hartman N’CHO

 

Hartman N'CHO

Je suis Hartman N'CHO, journaliste professionnel ivoirien, aimant la lecture, la musique, les voyages. Merci de retrouver mes articles de politique, économie, et sports... sur www.afrikmag.com. Contactez-moi sur hartman.ncho@afrikmag.com

Articles similaires

2 commentaires

  1. Je me présente Myriam je suis algérienne d’origine mais je vie en France ; mère de 3 enf@nts. Je vivais avec mon mari avec un grand amour, il est tombé sur le charme d’une jeune fille dans son boulot , mon mari a changé du jour au lendemain , il ne dors plus à la m@ison , il ma même dit en f@ce qu’il ne veut plus de moi qu’il ne m’aime plus ,je ne fais que pleurer chaque jour , j’ai consultée des marabouts sur le net sans résultat.DIEU merci j’ai parlé de ma situation à un collègue de travail qui m’a donné le contact d’un Grand Maître au nom de AZE CHANGO,il vit au Bénin dans un petit Village c’est lui qui m’a r@mené mon homme très amoureux et nous sommes très heureux,Mon mari est revenu à la maison après 7jours de travaux magique,son travail est rapide et efficace.
    Pour tous vos problèmes,je vous laisse son contact téléphone : whasapp/Viber/ Imo : 0022966547777

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page