Divers

Ghana: Des femmes sont payées pour pleurer les défunts (vidéo)

Au Ghana, les femmes peuvent être louées pour pleurer lors des funérailles. Surnommées pleureuses professionnelles, elles ont pour mission de feindre une tristesse exacerbée, traduite par les comportements excessifs : sanglots, cris, griffures de joues, des bras, se frapper la poitrine, s’arracher la chevelure et les habits et se rouler par terre.

La BBC  a rencontré ces femmes qui gagnent leur vie en pleurant lors des enterrements.

Publicité

L’une d’elles, Ami Dokli, a déclaré qu’elles avaient décidé de se lancer dans ce business après le décès de leur mari.

« Certaines personnes ne savent pas pleurer. Pour d’autres, quand ils perdent un proche, ils ne savent pas pleurer et parler. »

« Je suis une pleureuse professionnelle. Des gens m’embauchent pour que je vienne pleurer pour eux. Nous sommes tous des veuves. Après le décès de nos maris, nous avons décidé de nous réunir pour aider ceux qui ne savent pas pleurer. Et quand nous ne sommes pas là, les choses ne se passent pas bien. »

Elles sont payées en fonction de la nature des funérailles.

« Certains funérailles sont très grands, d’autres sont normaux. Alors quand vous nous invitez, nous facturons sur la base des funérailles. C’est normal. Nous allons tous mourir un jour », a-t-elle ajouté.

Crédit photo : bbc

Tags

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Un commentaire

  1. Etonnant et pas nouveau, c’est un métier qui existe depuis les temps bibliques :

    Jérémie 9:17
    Ainsi parle l’Éternel des armées: Cherchez, appelez les pleureuses, et qu’elles viennent! Envoyez vers les femmes habiles, et qu’elles viennent!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer