AfriqueEconomie

Barrage de la Renaissance: L’Egypte, le Soudan et l’Ethiopie vers un accord

L’horizon se dégage peu à peu pour la réalisation du barrage de la renaissance. Ce barrage, le plus grand d’Afrique, œuvre de l’Etat Ethiopien, ne rencontrait pas l’assentiment de l’Egypte et du Soudan. Désormais, les trois voisins ont décidé de regarder dans la même direction afin de terminer les travaux et offrir l’électricité à des millions d’Africains.

C’est d’abord l’Egypte et le Soudan qui sont parvenus à un accord sur le barrage de la Renaissance, le 27 janvier dernier. Après cet accord, les dirigeants des trois pays concernés par ce barrage, sont prêts à unir leurs forces pour voir aboutir ce vaste projet d’infrastructure, inscrit dans le programme pour le développement des infrastructures en Afrique (PIDA), piloté par la Commission de l’Union Africaine, et l’Agence du Nepad.

Publicité

En effet, l’Ethiopie, l’Egypte et le Soudan, à travers leurs dirigeants respectifs, Abdel Fattah al-Sissi président de l’Egypte, le président Omar al-Bashir du Soudan et le Premier ministre de l’Ethiopie, Abiy Ahmed viennent également de se mettre d’accord sur la nécessité de parvenir à un accord sur l’ensemble des questions en suspens relatives aux négociations autour du barrage. L’accord a été obtenu suite à un sommet rassemblant les dirigeants des trois pays, la semaine dernière.

Long de plus de 1800 m, le Grand barrage de la Renaissance Éthiopienne est situé sur le long du Nil bleu, dans la région de Benishangul-Gumuz, à près de 600 km, au Nord-Ouest d’Addis Abeba, la capitale éthiopienne. Avec une hauteur de 155 m, il devrait être à terme, le plus grand barrage hydroélectrique d’Afrique, avec une capacité de production de plus de 6000 Mégawatts.

D’un coût de plus de 4,8 milliards de dollars, le Grand Barrage de la Renaissance Ethiopienne, devrait, en plus de la production de l’électricité qui est son but principal, favoriser également le développement des échanges, et le déplacement des populations, par la construction des routes dans la région.

Pub


Hartman N’CHO

Tags

Hartman N'CHO

Je suis Hartman N'CHO, journaliste professionnel ivoirien, aimant la lecture, la musique, les voyages. Merci de retrouver mes articles de politique, économie, et sports... sur www.afrikmag.com. Contactez-moi sur hartman.ncho@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer