Divers
A la Une

Voici pourquoi Bill Gates affirme qu’il n’y aura aucun pays pauvre dans le monde d’ici 2035

Il n’y aura plus de pays pauvres dans le monde d’ici 2035, car ces nations bénéficieront des innovations de leurs homologues riches, a déclaré le milliardaire Bill Gates.

« Je suis suffisamment optimiste à ce sujet pour être prêt à faire une prédiction. D’ici 2035, il ne restera pratiquement plus de pays pauvres dans le monde », a déclaré Bill Gates dans la lettre annuelle de la Fondation Bill et Melinda Gates en début d’année.

Publicité

« Presque tous les pays seront ce que nous appelons aujourd’hui des pays à revenu moyen inférieur ou plus riches. Les pays apprendront de leurs voisins les plus productifs et bénéficieront d’innovations telles que de nouveaux vaccins, de meilleures semences et la révolution numérique. Leur main-d’œuvre, stimulée par une éducation avancée, attirera de nouveaux investissements », a-t-il ajouté.

D’ici 2035, la plupart des pays auront un revenu par habitant plus élevé que celui de la Chine actuellement.

« Plus de 70 % des pays auront un revenu par habitant supérieur à celui de la Chine aujourd’hui. Près de 90 % auront un revenu supérieur à celui de l’Inde aujourd’hui. »

Selon M. Gates, le fossé entre les pays riches et les pays pauvres a été comblé par la Chine, l’Inde, le Brésil et d’autres pays.

Depuis 1960, le revenu réel par personne en Chine a été multiplié par huit. Celui de l’Inde a quadruplé et celui du Brésil a presque quintuplé, a-t-il précisé.

Il a voté contre les « trois mythes » qui bloquent le progrès pour les pauvres : les pays pauvres sont condamnés à rester pauvres, l’aide étrangère est un grand gaspillage, et sauver des vies conduit à la surpopulation.

Publicité 2

« La croyance selon laquelle la situation du monde s’empire, que nous ne pouvons pas résoudre les problèmes d’extrême pauvreté et de maladie, n’est pas seulement erronée. Elle est nuisible », a écrit M. Gates.

« À presque tous les égards, le monde est meilleur qu’il ne l’a jamais été. Dans deux décennies, il sera encore meilleur. »

Crédit photo : worldeconomicforum

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page