Société

Brésil : Bain de sang dans une prison

Dans la nuit du dimanche 1er Janvier au lundi 2 janvier, une guerre entre gangs a provoqué un bain de sang. Cela s’est passé dans une prison de Manaus dans le nord du Brésil. Ces gangs se disputaient le contrôle du trafic de drogue.

« Un bilan lourd »

Ce sont 56 détenus qui ont été massacrés, et bon nombre d’entre eux ont même été décapités, a annoncé le responsable de l’administration pénitentiaire locale.

Selon Sergio Fontes, secrétaire à la sécurité publique de l’État d’Amazonie, il s’agit du plus grand massacre commis dans une prison en Amazonie, où se trouve l’établissement. Lors d’une conférence de presse il expliquait que les prisonniers ont été tués par d’autres détenus, lors d’affrontements d’une extrême violence qui ont duré plus de quinze heures.

Publicité

Les deux gangs en cause sont le groupe local Familia do Norte (FDN), et le Premier commando de la capitale (PCC), fondé à Sao Paulo. Durant cette mutinerie qui a duré dix sept heures au total, douze surveillants ont été pris en otage, dans le complexe pénitentiaire Anisio Jobim (Compaj), situé en périphérie de Manaus.

Brésil : Bain de sang dans une prison

« Des prisonniers se sont évadés »

L´Organisation des Avocats du Brésil (OAB)  annonçait que plus de 130 détenus se sont échappés de la prison. Sur ce point Sergio Fontes déclarait que les opérations de vérification étant toujours en cours, il n’était pas possible de donner le nombre exact des fugitifs. Il a cependant indiqué que seize tunnels, par lesquels des prisonniers se sont échappés, avaient été découverts.

Brésil : Bain de sang dans une prison

Publicité 2

« Les affrontements entre gangs sont très fréquents »

Il faut relever que depuis 1992 des règlements de compte entre gangs sont très fréquents. En octobre dernier, une autre mutinerie avait déjà fait 33 morts dans deux prisons de la région amazonienne, dans les États de Rondonia, frontalier de la Bolivie, et de Roraima, limitrophe avec le Venezuela. Avec 622 000 détenus recensés par le ministère de la Justice fin 2014, le Brésil compte la quatrième population carcérale au monde, derrière les États Unis, la Chine et la Russie.

Amadou Bailo Diallo

Je suis Amadou Bailo Diallo, Rédacteur en chef chez AfrikMag. Très friand de lecture, de rédaction et de découverte. Mes domaines de prédilection en matière de rédaction sont la politique, le sport et les faits de société. Je représente AfrikMag en Guinée aDiallo@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page