Burkina FasoJustice

Burkina Faso : arrestation d’un ancien ministre, le REN-LAC se dit satisfait

A travers un communiqué rendu public, l’ancien ministre de la défense, Jean Claude Bouda a annoncé qu’il se met à la disposition des autorités judiciaires pour une enquête relative à une affaire de bien supposé mal acquis. Cette arrestation fait suite à une plainte du Réseau national de lutte anti-corruption (RENLAC).

Suite à son arrestation, le Réseau National de Lutte Anti-Corruption (RENLAC) a exprimé toute sa satisfaction. La structure étatique a produit un communiqué à cet effet.

Publicité

Ci-dessous le communiqué intégral du Réseau national de lutte anti-corruption (RENLAC).

Le REN-LAC a appris, avec satisfaction, mardi 26 mai 2020, par voie de presse, le dépôt de l’ancien ministre de la défense et des anciens combattants , Jean Claude Bouda.

En avril 2019, le REN-LAC avait introduit une plainte auprès du Procureur du Faso près le TGI de Ouagadougou pour des faits de délit d’apparence, d’enrichissement illicite, de fausses déclaration d’intérêts et de patrimoine et délit d’acceptation de cadeaux indus concernant l’ancien ministre Bouda. La plainte a été enregistrée en mai 2019 et des membres de notre Réseau ont été entendus en octobre de la même année, dans le cadre de l’instruction du dossier.

La plainte du REN-LAC s’est fondée sur l’acquisition d’un patrimoine immobilier par M. Bouda dont le coût s’évaluerait à près du demi-milliard de franc CFA. M. Bouda n’avait que trois ans de fonction ministérielle. Dans sa déclaration d’intérêts et de patrimoine effectuée à sa prise de fonction, ce bien immobilier n’apparaissait nulle part. Et les ressources qu’il avait déclarées ne pouvaient non plus lui permettre une telle acquisition.

Le REN-LAC considère cette première étape du dossier Bouda comme une avancée dans le cadre de la lutte anti-corruption et pour l’assainissement de la gouvernance au Burkina Faso.

Publicité 2

Tout naturellement, il en attend un traitement diligent, afin que toute la lumière soit faite autour de cette affaire. Toutefois, au-delà du ministre Bouda, tous ceux qui ont fait de l’enrichissement illicite leur sport favori doivent commencer à rendre compte au peuple. C’est aussi le lieu d’appeler à l’élucidation d’autres affaires emblématiques de crimes économiques (affaires Guiro, Kanis, etc.) actuellement en souffrance au sein de l’appareil judiciaire.

Le Secrétaire exécutif du RENLAC

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page