Côte d'Ivoire

Côte d’Ivoire: un chauffeur de taxi tué par des badauds. La raison!

En plein exercice de son métier, dimanche 30 juillet, Dosso Moussa, chauffeur de taxi dans la capitale économique ivoirienne, ne pensait pas qu’il ne rentrerait jamais chez lui. Il a été tué par des badauds (des personnes qui aident à trouver des clients).

Dans sa recherche de clients, Dosso Moussa, s’est retrouvé dans la commune populaire de Yopougon, dans la ville d’Abidjan. Ce chauffeur de taxi aurait eu des altercations avec les « gnambros », il s’agit des badauds qui aident à trouver des clients pour les chauffeurs de taxi. Une mésentente avec le groupe de jeunes à propos de la rémunération pour le chargement de son véhicule est à l’origine du conflit.

Publicité

Mécontents, les jeunes gens qui, très souvent sont sous l’emprise de stupéfiants ont décidé d’en découdre avec Dosso Moussa. Ce dernier a été lynché par le groupe de jeune.

Assistant à la scène qu’ils décrivent avoir été d’une violence inouïe, plusieurs témoins, en particulier des femmes se sont mises à pleurer et implorer les agresseurs afin qu’ils mettent fin à la barbarie, mais, cela n’a rien donné.

Après avoir été transporté à l’hôpital, la victime est décédée suite aux nombreux coups de couteau reçus sur toutes les parties de son corps.

Selon plusieurs médias, la police ivoirienne a ouvert une enquête afin de mettre la main sur les assassins présumés.

Depuis quelques années, les transporteurs ivoiriens dénoncent la violence qui a fait irruption dans leur milieu. Une violence en grande partie due au phénomène des « gnambros » dont le gouvernement peine à se débarrasser.

Tags

Jaures Nguessan

Bonjour, je suis Jaurès Nguessan. J'aime les voyages et les découvertes. Vous pouvez retrouver mes articles dans les rubriques d'actualités politiques, sportives, culturelles également dans les faits de sociétés. abraham.nguessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer