Côte d'IvoireSociété

Côte d’Ivoire-Daoukro/ Fin de parcours pour deux présumés coupeurs de route

Deux présumés coupeurs de route ont été interpellés par la gendarmerie, le mercredi 27 octobre 2021, sur l’axe Daoukro-Ettrokro.

Deux coupeurs de route ont été freinés dans leur élan le mercredi 27 octobre 2021, à la suite d’une attaque, occasionnée au niveau du village de Zougloukro, sur l’axe Daoukro-Ettrokro. La gendarmerie de Ouellé a mis fin aux agissements de deux suspects spécialisés dans le dépouillement des populations.

Selon les informations, les présumés ont opéré en pleine journée, précisément aux environs de 13 heures. Ils se sont positionnés au niveau du village de Zougloukro situé à 30 kilomètres de Daoukro, pour bloquer tous les véhicules allant dans les deux sens.

Ces derniers, cagoulés, se mettent au devant des véhicules, avec des armes en mains. Ne pouvant s’opposer à leurs menaces, surtout avec des armes pointées sur eux, les passagers sont obligés d’obéir aux malfaiteurs. Ils ont été littéralement dépouillés. Le médecin d’Ettrokro qui était dans son véhicule personnel est tombé dans l’embuscade des coupeurs de route. Il a subi le même sort que tous les autres passagers.

Face à cette situation, la gendarmerie a été alertée plus tôt. Elle a donc mis une stratégie en place pour traquer ces délinquants. Elle a bloqué, au niveau de Daoukro et d’Ettrokro, tous les véhicules allant dans les deux sens. Cette stratégie a permis aux éléments de la gendarmerie de mettre la mains sur les bandits.

Côte d'Ivoire-Daoukro/ Fin de parcours pour deux présumés coupeurs de route

D’après les sources, ces coupeurs de route forment un groupe. La chance a donc mal tourné pour deux d’entre eux. Dans la panique, ils sont passés dans le village d’Ettienkouadiokro, un lieu piégé par la gendarmerie. C’est là qu’il ont été interpellés à moto, pendant que l’autre groupe en possession du butin a pu s’échapper en direction de Daoukro.

Lire aussi: Côte d’Ivoire/ Abengourou : trois braqueurs dont un gendarme condamnés à vie


Ils ont été conduits au poste d’Ettrokro. Leurs téléphones portables saisis, ne cessaient de sonner. Les différents appels provenaient de leurs complices en fuite qui tentaient de les rassurer de la sécurité du butin et cherchaient également à connaitre la position actuelle de leurs complices.

Des victimes de l’attaque les auraient reconnus à travers leurs tenues et leur physique. En colère, la jeunesse d’Ettrokro a brûlé la moto des deux suspects.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page