MondePolitique

Crime de guerre en Ukraine : le premier procès a eu lieu, un soldat russe fait des aveux

Un soldat russe de 21 ans a plaidé coupable d’avoir tué un civil non armé, dans le premier procès pour crimes de guerre en Ukraine depuis le début du conflit.

Vadim Shishimarin a admis avoir tiré sur un homme de 62 ans quelques jours après le début de l’invasion. Il risque la prison à vie.

Le prisonnier a été amené dans la minuscule salle d’audience de Kiev, menotté et accompagné par des gardes lourdement armés.

La veuve du défunt était également présente lors du procès.

« Reconnaissez-vous votre culpabilité ? » a demandé le juge. « Oui », a répondu Shishimarin.

Les procureurs affirment que Shishimarin commandait une unité dans une division de chars lorsque son convoi a été attaqué.

Lui et quatre autres soldats ont volé une voiture, et alors qu’ils se déplaçaient près de Chupakhivka, ils ont rencontré l’homme de 62 ans sur un vélo.

Selon les procureurs, Shishimarin a reçu l’ordre de tuer le civil et a utilisé un fusil d’assaut Kalashnikov pour le faire.

Le procès de Shishimarin a été ajourné et reprendra jeudi dans une salle d’audience plus grande.

Kateryna, la veuve du défunt, s’est confiée à la BBC à la sortie de la salle. « Je suis vraiment désolée pour lui [Shishimarin]. Mais pour un crime comme celui-là, je ne peux pas le pardonner. »

L’Ukraine a jusqu’à présent recensé plus de 10 000 crimes de guerre possibles commis par la Russie.


Le procureur général du pays, Iryna Venediktova, a tweeté après le procès : « Par ce premier procès, nous envoyons un signal clair que chaque auteur, chaque personne qui a ordonné ou aidé à commettre des crimes en Ukraine ne pourra pas éviter sa responsabilité. »

Moscou a nié que ses troupes ont ciblé des civils, mais les enquêteurs ont recueilli des preuves de possibles crimes de guerre afin de les présenter à la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye.

LIRE AUSSI: Ukraine : Poutine peut-il être poursuivi pour crimes de guerre? Sur quoi la CPI va enquêter concernant l’Ukraine ?

La CPI a envoyé en Ukraine une équipe de 42 enquêteurs, experts en médecine légale et personnel de soutien. Entre-temps, l’Ukraine a également mis en place une équipe chargée de préserver les preuves afin de permettre de futures poursuites.

Crédit photo : gbnews

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page