Côte d'Ivoire

Côte d’Ivoire: découverte macabre d’un corps en état de putréfaction dans un garage automobile…Explication!

Dans quelles circonstances cet individu avoisinant la trentaine a-t-il été tué dans la commune d’Abobo (Abidjan) ? Qui en est l’auteur ? Ce sont là des questions auxquelles  la police va certainement tenter de répondre à travers  ses enquêtes après la découverte du corps sans vie d’un individu dans un garage automobile situé non loin de Coco Service. Malgré son état de décomposition, le corps portait des traces de blessures.

C’est l’odeur nauséabonde qui a alerté les riverains. Les pompes funèbres ont été rapidement contactées et le corps en putréfaction a été emporté. Si pour le moment, la police n’a pas encore révélé l’identité de la victime, certains témoignages font croire que la dépouille mortelle  serait celle d’un dangereux bandit qui traumatisait les populations entre Coco Service et l’école Nanti.

Publicité

« Ce dernier aurait été appréhendé dans la nuit d’hier par des jeunes qui l’ont surpris en train d’agresser un individu à l’aide d’une arme blanche. Ce sont certainement ces personnes qui l’auraient abandonné à cet endroit où il a trouvé la mort par la suite », racontent des habitants.

Pour l’heure, il est difficile de croire à ces témoignages. Seules les enquêtes policières pourront clarifier les circonstances de la mort de cet individu.

Ce que l’on sait, c’est qu’en Côte d’ivoire, des coupeurs de route sévissent au quotidien et de nombreux jeunes profitent de l’insécurité surtout dans certaines villes pour attaquer et voler les populations. En témoignent les ravages des «microbes». Ces derniers sont des jeunes que le président Alassane Ouattara avait qualifié de désœuvrés. Leur âge varie entre 10 et 25 ans. Ils multiplient les agressions dans les quartiers de la commune d’Abobo, au nord de la capitale économique ivoirienne.

Yao Junior L

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page