Société
A la Une

Découvrez la Ghanéenne qui a dirigé la plus grande émeute d’esclaves aux Antilles en 1733

Une Ghanéenne connue sous le nom de Breffu a dirigé une solide révolte d’esclaves aux Antilles en 1733.

Breffu, d’origine ghanéenne, en particulier de la tribu des Akwamu, était asservi dans une plantation appartenant à Pieter Krøyer. Ils vivaient à Coral Bay. Pendant cette période, les Danes (une tribu germanique du nord habitant le sud de la Scandinavie, y compris la région qui comprend maintenant le Danemark proprement dit, à l’époque du fer nordique et de l’âge viking. Ils fondèrent ce qui devint le royaume de Danemark) contrôlèrent les Antilles. Le pouvoir était passé des Espagnols, aux Britanniques, Français, Hollandais et maintenant, les Danois contrôlaient la région de 1600 à 1718.

Les informations disponibles montrent que les esclaves africains ont commencé à se révolter dans les Amériques, les Antilles et l’Europe vers 1700.

Publicité

En novembre 1733, Breffu amena d’autres esclaves du même royaume qu’elle-même à planifier une rébellion. Ils ont été soutenus par Christian, un autre esclave d’origine inconnue. Ensemble, ils étaient plus de 150 esclaves qui se sont rebellés ce jour fatidique et ont conquis les Antilles.

Découvrez la Ghanéenne qui a dirigé la plus grande émeute d'esclaves aux Antilles en 1733

Breffu parvint facilement à convaincre les esclaves de se joindre à elle, car beaucoup d’entre eux venaient de familles royales du Ghana. Ils attendaient donc avec impatience le moment où ils bénéficieraient des privilèges dont ils jouissaient dans le royaume d’Akwamu, chez eux.

Le 23 novembre 1733, la rébellion a commencé. Les esclaves s’acquittaient d’abord de leurs tâches habituelles, mais ils avaient caché des couteaux dans le bois qu’ils devaient remettre au Fort Fredericksvaern, à Coral Bay.

Après être entrés dans le fort, ils ont immédiatement tué tous les soldats, sauf un, John Gabriel. John Gabriel s’est échappé et a alerté les autorités danoises qui se sont précipitées mais il était déjà trop tard. Le fort avait été pris et l’esclave a tiré le canon du fort en signalant à Breffu que la prise de contrôle avait eu lieu.

Selon un rapport de libertywritersafrica.com, la révolte des Africains à l’époque où les Danois étaient aux commandes était la plus longue jamais enregistrée.

Découvrez la Ghanéenne qui a dirigé la plus grande émeute d'esclaves aux Antilles en 1733

Immédiatement après le coup de canon, Breffu et Christian entrèrent dans la maison principale et tuèrent trois membres de la famille du propriétaire de la plantation (la famille Van Stell). Elle a également tué Krøyer et sa femme.

Breffu et les autres esclaves ont vécu avec succès sur l’île jusqu’en août 1734, lorsque les Français ont aidé le peuple danois à reconquérir le territoire. Breffu et les autres esclaves ont perdu à la fin, principalement à cause des armes sophistiquées détenues par les Français.

Pour échapper à la capture, elle et certains autres dirigeants de la rébellion se sont suicidés.

Après la découverte de son corps, aux côtés de 23 autres rebelles qui se sont également suicidés, les maîtres d’esclaves ont exprimé leur choc devant le fait que le dirigeant d’un soulèvement aussi durable soit une femme.

Publicité 2

L’histoire de Breffu a été interprétée comme la «reine de Saint Jean» dans la pièce de théâtre Three Queens Chautauqua Series: Act I Queen Breffu.

Breffu ne figure pas dans les registres fonciers, les registres fiscaux des Antilles danoises au début du 18ème siècle. Ses actions, ne sont pas non plus laissées à la postérité dans le témoignage qui a suivi la rébellion. Ce que nous savons, c’est que la femme connue sous le nom de Breffu a agi comme un vrai homme guerrier, dirigeant l’une des rébellions d’esclaves les plus durables du Nouveau Monde; une composante subtile mais essentielle de notre perception de ces temps agités.

crédit photo: liberty writers africa

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page