Santé

Découvrez pourquoi cet homme s’injecte du venin de serpent depuis 30 ans

L’information est de BBC et date du 10 novembre. L’homme s’appelle Steve Ludwin, ce britannique de 51 ans s’injecte du venin de serpent depuis déjà 30 ans. Sur les raisons de cette pratique, l’homme explique qu’il le fait  pour renforcer ses défenses immunitaires.

Une pratique qui a amené les chercheurs à tenter de créer un nouveau type d’anti-venin. Depuis 2013, quatre chercheurs travaillent en plein temps sur ce projet. Il pourrait s’agir du premier Anti-venin d’origine humaine conçu à partir d’un donneur qui s’est injecté différents venins de serpents. Il convient de préciser que Steve Ludwin a d’ailleurs pu éviter plusieurs maladies bénignes pendant longtemps.

Découvrez pourquoi cet homme s'injecte du venin de serpent depuis 30 ans

Publicité

« Ça a l’air dingue mais en fait ça a potentiellement des effets positifs sur la santé. Ça a renforcé mon système immunitaire. Je n’ai pas eu de rhume depuis quinze ans », a-t-il assuré les médias. Visiblement, cette pratique pourrait sauver la vie de milliers d’autres personnes compte tenu du témoignage que donne Steve Ludwin.

D’après l’organisation mondiale de la Santé(OMS) les morsures de serpent sont un problème de santé publique qui n’est pas suffisamment pris en compte. Selon les chiffres, 5,4 millions de personnes dans le monde sont victimes de la morsure de serpent et entre 81.000 et 138.000 trouvent la mort.

En exposant le venin au Musée d’histoire naturelle de Londres où il est consacré un court film à l’anglais grâce à qui la recherche médicale progresse, sans doute, les chercheurs parviendront à de bons résultats très prochainement.

Tags

Oscar Mbena

Bonjour, je suis Oscar MBENA. Je vous invite à lire mes articles sur l'actualité politique, les faits de société, le sport, la santé et la culture.   oscarborel@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer