Monde

Turquie: des populations dans les rues pour contester les résultats du référendum

Au moins 2 000 personnes se sont réunies, lundi soir, dans les rues d’Istanbul, pour contester le résultat du référendum sur le renforcement des pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan, passé à une très courte majorité la veille.

Le camp du “non” ne veut pas baisser les bras en Turquie. Ce sont un peu plus de 2000 personnes qui sont descendues dans les rues pour contester le résultat du référendum.

Publicité

En scandant “côte à côte contre le fascisme”, elles ont arpenté les rues de Kadiköy, sur la rive asiatique d’Istanbul, puis se sont dirigées vers le siège du Haut conseil électoral (YSK), qui a validé la courte victoire du “oui”.

“Erdogan voleur !”

Turquie: des populations dans les rues pour contester les résultats du référendum

Un millier de personnes étaient simultanément réunies à Besiktas, sur la rive européenne, un autre bastion laïc et anti-Erdogan de la métropole qui, à l’instar d’autres grandes villes, a penché en faveur du “non” (51,4 %).

À Besiktas, les manifestants brandissaient des tracts sur lesquels il était inscrit “Nous avons raison, le non gagnera”. Au cours de leur marche, ils scandaient “Erdogan voleur !”, “le ‘non’ n’est pas fini”, et “le ‘non’ a gagné”, des slogans qui circulent largement sur les réseaux sociaux.

Dans les rues où passaient les manifestants, aux fenêtres des appartements, les gens tapaient sur des casseroles avec des ustensiles de cuisine, en signe de solidarité.

Le pouvoir prolonge l’état d’urgence

La police est restée globalement discrète lors de ces manifestations, tout en mettant en garde contre l’utilisation de slogans jugés insultants. D’autres rassemblements de ce type, plus modestes, ont eu lieu un peu partout dans le pays. Les médias turcs ont rapporté que 13 personnes ont été interpellées à Antalya, dans le sud du pays, ville dans laquelle le “non” est largement arrivé en tête (59,1 %).

Publicité 2

La victoire du “oui” a été immédiatement contestée par les deux principaux partis de l’opposition, le CHP (social-démocrate) et le HDP (prokurde), qui ont dénoncé des “manipulations” pendant le scrutin.

L’opposition y a vu une manœuvre rendant possibles des fraudes.Tard lundi soir, le Conseil national de sécurité, dirigé par le président turc, a prolongé pour trois mois l’état d’urgence en vigueur depuis la tentative de putsch de juillet dernier

Eunice Kouamé

Je suis Eunice KOUAME, une jeune femme passionnée de lecture, de développement personnel et de relations humaines en général. J'aime voyager, rigoler, cuisiner et surtout écrire. Vous pourrez consulter mes articles dans les rubriques conseils, couple, relations, actualités, inspiration, politique et chroniques( mon nouveau bébé ;) ) eunice.kouame@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page