Burkina Faso

Burkina Faso: la santé de Djibril Bassolé en danger ?

En janvier 2017, l’ex ministre burkinabé des Affaires étrangères, Djibril Bassolé, avait passé 48 heures hors de la prison de la MACA.  Il a été transféré le 23 janvier 2017 en vue de recevoir des soins à la Clinique du cœur de Ouagadougou.

Mais un mois après, Djibril Bassolé, selon les informations, a encore été victime d’un malaise. Son état de  santé a fait réagir le parti la Nouvelle alliance du Faso (NAFA). A en croire cette formation politique de l’opposition, “la vie de Djibril Bassolé est en danger”. La NAFA, dans sa réaction,  exige son évacuation vers l’étranger.

Publicité

” Selon des sources proches de l’intéressé, peu avant la crise qui a provoqué de subits vertiges, il a pu recevoir, dans la matinée, des visiteurs. Certains d’entre eux auraient même remarqué chez l’ancien chef de la diplomatie burkinabé des signes de dyspnée, c’est-à-dire des difficultés respiratoires “, rapportent des médias burkinabé.

Rasmané Ouédraogo, dans un  communiqué du parti, a laissé entendre que la  santé de l’ex général  s’est détériorée et c’est sans surprise que Djibril Bassolé a été une nouvelle fois, victime d’un malaise, samedi 25 février.

Trois revendications sont formulées  à cet effet. Le Parti exige l’évacuation sanitaire à l’étranger du Général, sa libération provisoire et l’arrêt de ce qu’il appelle une “instrumentalisation politique” du dossier du prévenu.

Rappelons que Djibril Bassolé est arrêté et incarcéré à la Maison d’arrêt et de correction de la (MACA) depuis octobre 2015. Il est reproché au général d’être impliqué dans  le putsch de l’ex Régiment de sécurité présidentielle. Il est retenu contre le général des accusations d’attentat à la sûreté de l’Etat, de meurtres et complicité de meurtres, de haute trahison etc.

Djibril Bassolé et Guillaume Soro, président de l’Assemblée nationale ivoirienne, sont impliqués  dans une affaire d’écoute téléphonique. Sur ce dossier,  l’expert allemand sollicité par la justice militaire du Burkina Faso a fini son travail. Et  des résultats il ressort que, “la pièce investiguée n’est pas authentique au sens technique et acoustique du terme, celle-ci recèle des évènements de manipulation (…) l’enregistrement n’est pas intègre”.

Pub


Yao Junior L

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer