Santé

Étude : la tristesse peut diminuer l’espérance de vie plus que le tabagisme

Des scientifiques ont découvert que la tristesse peut diminuer la vie d’une personne plus que le tabagisme.

Selon des données recueillies auprès de 12 000 adultes chinois, un mauvais état mental, résultant d’un sentiment de solitude, de désespoir et d’un sommeil agité, peut réduire la durée de vie moyenne de plus d’un an et demi.

Les scientifiques affirment que leurs recherches, qui ont été publiées mardi 27 septembre dans la revue Ageing, montrent que la santé mentale est tout aussi importante que la santé physique.

L’équipe américano-chinoise a fait cette découverte alors qu’elle étudiait une nouvelle « horloge de vieillissement » assistée par ordinateur, formée à partir du sexe biologique, des marqueurs sanguins, des données biométriques et de l’âge biologique des participants à une importante étude de population.

L’horloge a fonctionné à rebours pour estimer les contributions spécifiques des différentes variables au vieillissement.

L’auteur principal, le Dr Fedor Galkin, a déclaré : « L’accélération du vieillissement a été détectée chez les personnes ayant des antécédents d’accident vasculaire cérébral, de maladies hépatiques et pulmonaires, chez les fumeurs et, plus intéressant encore, chez les personnes dans un état mental vulnérable. En fait, il a été démontré que le fait de se sentir désespéré, triste et seul réduit l’âge biologique d’une personne plus que le tabagisme. »

Alors que le tabagisme réduisait la durée de vie d’environ 1,25 an, la tristesse et d’autres facteurs psychologiques réduisaient la durée de vie de 1,65 an, soit un an et huit mois.

L’équipe a établi un lien entre d’autres variables psychosociales, comme le fait d’être célibataire ou de vivre dans une zone rurale, et une durée de vie plus courte. Mais leur effet était beaucoup plus faible.

Bien que la recherche elle-même soit relativement récente, elle s’inscrit dans le droit fil de travaux antérieurs qui associaient des relations solides avec les amis et la famille à la longévité.


Le coauteur, Manuel Faria, neuroscientifique à l’université de Stanford, en Californie, a déclaré : « Les états mentaux et psychosociaux sont parmi les prédicteurs les plus solides des résultats de santé – et de la qualité de vie – et pourtant, ils ont été largement omis des soins de santé modernes. »

Selon le Dr Galkin, la composante psychologique ne devrait pas être ignorée dans les études sur le vieillissement en raison de son impact significatif sur l’âge biologique.

Crédit photo : powerofpositivity

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
error: Le contenu est protégé !!