À la UneInspiration

Eunice Hunton Carter : l’avocate noire qui a fait tomber le plus puissant patron de la mafia aux États-Unis en 1936

Eunice Hunton Carter, dès l’âge de huit ans, rêvait déjà d’étudier le droit. Un jour, elle a fait savoir à un jeune garçon sur la plage qu’elle voulait être avocate dans le but de faire emprisonner les méchants. En trois décennies, Carter a fait tomber le plus grand gangster américain dans les années 1930, mais non sans certaines difficultés.

En tant qu’Afro-Américaine vivant dans la première moitié du XXe siècle, Carter a été victime de racisme. Elle était payée bien moins que ses collègues masculins blancs et écartée des nominations judiciaires, rapporte le New York Times. Carter était à l’époque la première Afro-Américaine à occuper le poste de procureur adjoint à New York. Pionnière en matière de poursuites, elle était la seule femme et la seule personne de couleur dans l’équipe dirigée par Thomas E. Dewey qui a abattu le plus grand gangster du pays.

Publicité

Son travail de procureur est également intervenu à une époque où l’American Bar Association faisait preuve de discrimination à l’égard des avocats afro-américains, et où les contributions des avocates étaient reléguées au second plan. Mais Carter n’a pas laissé ces barrières raciales et sexuelles ruiner sa carrière. Grâce à sa stratégie, Lucky Luciano, le plus puissant patron de la mafia de l’histoire, a été condamné.

« Elle était noire, femme et avocate, diplômée de Smith et petite-fille d’esclaves et d’une femme de couleur libre, une combinaison aussi éblouissante et improbable qu’on pouvait l’imaginer dans le New York des années 1930 », écrit le petit-fils de Carter, Stephen L. Carter, professeur à la faculté de droit de Yale et auteur à succès, sur la vie extraordinaire de sa grand-mère dans le livre « Invisible : The Forgotten Story of the Black Woman Lawyer Who Took Down America’s Most Powerful Mobste ».

Sans son travail, le patron de la mafia n’aurait jamais été condamné.

Les historiens pensent que son ascension professionnelle a été inspirée par ses parents. Carter est née à Atlanta en 1899 de William et Addie Hunton, tous deux diplômés de l’université. William était le fondateur de la division noire du YMCA, qui s’est battue pour l’égalité raciale, et Addie était une assistante sociale. Après l’émeute d’Atlanta en 1906, la famille s’est installée à Brooklyn, Addie devenant plus tard active au sein de la NAACP et du YMCA.

Carter est diplômée du Smith College de Northampton, dans le Massachusetts, où elle obtient une licence et une maîtrise. Elle a été assistante sociale pendant un certain temps avant de décider d’étudier le droit, devenant ainsi l’une des premières femmes noires à recevoir un diplôme de droit de l’université Fordham à New York.

En quatre ans seulement après avoir obtenu son diplôme de la Fordham Law School, Carter, 36 ans, a élaboré la stratégie pour faire tomber Luciano alors qu’elle était procureur adjointe sous la direction de Dewey, le futur candidat à la présidence.

Luciano était un contrebandier de la mafia sicilienne pendant la prohibition avant de créer le premier syndicat national du crime organisé d’Amérique, la « Commission », dirigée par cinq familles italiennes du crime à New York et des mafieux juifs de haut niveau. Au milieu des années 1930, Luciano s’est lancé dans la drogue, l’alcool illégal, la prostitution, entre autres activités illégales qu’il a soit supervisées, soit exigé des paiements d’autres opérateurs, selon The Mob Museum.

Dewey, qui avait commencé à cibler le mafieux, a demandé à ses procureurs masculins d’enquêter sur les liens du patron de la mafia avec les crimes de trafic de drogue, d’extorsion et de meurtre dans les années 1930. Carter, la seule femme de l’équipe, a été chargée d’enquêter sur le travail sexuel illicite, selon un rapport de The Hill.

En effet, grâce aux preuves cruciales que Carter a présentées au procureur spécial de l’État de New York, Dewey, le chef de la mafia, Luciano, a ensuite été condamné à 30 et 50 ans de prison en 1936. Il a été libéré sur parole en 1946 et déporté en Italie.

Publicité 2

Épouse d’un éminent dentiste et mère d’un jeune enfant, le travail de Carter au milieu de la haine raciale et de l’intolérance a façonné l’Amérique au fil du temps. Geoff Schumacher, vice-président des expositions et des programmes du musée de la mafia, a déclaré que bien que la stratégie de Carter pour faire tomber le gangster a précédé la loi sur les organisations influencées et corrompues par le racket, désormais utilisée contre les organisations criminelles, l’avocate noire a exposé « la stratégie éventuelle que les procureurs utiliseraient pour poursuivre la mafia. »

Outre son travail remarquable au sein de la judiciaire, Carter a joué un rôle immense au sein du Congrès panafricain et des Nations unies pour améliorer le statut des femmes dans le monde.

« La compétence, le talent et l’ingéniosité prévalent chez les femmes comme chez les hommes », a déclaré Mme Carter lors de la conférence triennale du Conseil international des femmes en Grèce, quelques années avant sa mort en 1970.

Crédit photo : facetoafrica

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Back to top button