AsieMonde
A la Une

Explosion de Beyrouth: le Premier ministre et trois ex-ministres accusés de négligence

L’enquêteur principal libanais sur l’explosion catastrophique du port de Beyrouth a accusé jeudi le Premier ministre sortant Hassan Diab et trois ex-ministres de négligence.

Ils sont les premiers hommes politiques à être inculpés pour l’explosion dévastatrice du 4 août qui a tué plus de 200 personnes, défiguré le cœur de la capitale et attisé une vague de colère publique contre l’élite dirigeante libanaise.

Publicité

Les quatre hommes ont été accusés de « négligence et d’avoir causé la mort de centaines de personnes et de blessés des milliers d’autres » dans le premier acte d’accusation officiel de ce type contre un Premier ministre en fonction dans l’histoire libanaise, a indiqué la source judiciaire.

Après l’explosion, il est apparu que les hauts responsables de la sécurité et les politiciens avaient connaissance depuis des années des centaines de tonnes d’engrais au nitrate d’ammonium stockés dans le port de Beyrouth, mais aucun d’entre eux n’avaient pas pris de mesures de précaution.

La décision du juge Fadi Sawan est intervenue après que l’enquête a confirmé que les suspects avaient reçu « plusieurs avis écrits les mettant en garde contre le report de l’élimination des engrais au nitrate d’ammonium », a indiqué la source.

« Ils n’ont pas non plus pris les mesures nécessaires pour éviter l’explosion dévastatrice et ses énormes dégâts », a ajouté la source, qui s’est exprimée sous couvert d’anonymat car selon nos sources, il n’est pas autorisé de s’exprimer sur la question.

M. Diab, qui a démissionné à la suite de l’explosion du 4 août, a déjà témoigné devant M. Sawan en septembre. Son bureau a déclaré jeudi que la conscience du premier ministre sortant était claire. « Il est convaincu que ses mains sont propres et qu’il a traité le dossier de l’explosion du port de Beyrouth de manière responsable et transparente », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Les autres hauts responsables inculpés sont l’ancien ministre des Finances Ali Hasan Khalil et les anciens ministres des travaux publics Yusef Fenianos et Ghazi Zaiter.

En septembre, les États-Unis ont imposé des sanctions à MM. Khalil et Fenianos pour corruption présumée et soutien au puissant mouvement musulman chiite du Hezbollah.

Dans une lettre au Parlement à la fin du mois dernier, le juge M. Sawan a demandé aux législateurs d’enquêter sur plusieurs ministres sortants et anciens, dont M. Khalil, M. Fenianos et M. Zaiter, sur l’explosion. La lettre est intervenue après que les enquêtes de M. Sawan aient soulevé « certains soupçons quant à la responsabilité de ces ministres et à leur incapacité de traiter la présence de nitrate d’ammonium dans le port ».

La source judiciaire a déclaré jeudi que le Parlement n’avait pas répondu à la demande de M. Sawan, ce qui l’a incité à porter plainte. M. Sawan commencera à interroger les suspects à partir de lundi, a indiqué la source.

Publicité 2

M. Diab a déclaré jeudi à M. Sawan qu’il respectait l’État de droit, mais a accusé le juge de contournement du Parlement et a déclaré qu’il avait déjà « fourni toutes les informations dont il disposait concernant ce dossier ».

L’enquête a jusqu’à présent déclenché l’arrestation de 25 personnes, dont des hauts fonctionnaires du port et des douanes. Les responsables libanais ont rejeté une enquête internationale, malgré les demandes tant au pays qu’à l’étranger pour une enquête impartiale. Des experts français et du Federal Bureau of Investigation (FBI) des États-Unis ont participé à l’enquête préliminaire.

La colère du public a mijoté sur le rythme de l’enquête, qui avait jusqu’à jeudi épargné de hauts responsables politiques largement accusés pour la pire catastrophe du pays en temps de paix. Les Libanais sur les réseaux sociaux ont accueilli avec prudence les accusations, mais ont exhorté à faire plus. « Tout cela pourrait rester une simple tentative de calmer l’opinion publique à moins que cela ne s’accompagne d’enquêtes sérieuses sur la responsabilité de ces ministres et d’autres qui n’ont pas encore été convoqués », a écrit le groupe de défense des droits libanais Legal Agenda sur Twitter.

Plusieurs personnes estiment que l’explosion est le fait de plusieurs décennies de négligence et de corruption de la part de l’élite dirigeante du pays, qui comprend d’anciens seigneurs de guerre de la guerre civile de 1975 à 1990.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page