À la UneCôte d'IvoirePolitique

Fonction publique: Affi demande à Ouattara de réintégrer des cadres du FPI comme Katinan

Pascal Affi N’guessan a été reçu en audience par Alassane Ouattara. Lors de cet entretien le 28 octobre 2021, le président du Front Populaire Ivoirien a plaidé les cas de certains cadres de son parti chassés de la Fonction Publique en 2011. Il évoque pour ce faire le cas de la réintégration de Koné Katinan, porte-parole de Laurent Gbagbo. Ce dernier a été contre toute attente remis à la disposition des Impôts.

« Nous avons évoqué le sujet de quelques frères, quelques camarades fonctionnaires, qui ont été radiés. Comme il y a une jurisprudence qui vient d’être pratiquement éditée à travers l’intégration de certains hauts cadres qui étaient en exil, au Ghana, nous avons souhaité que le président examine avec l’administration, le cas de tous ces camardes qui ont été radiés dans le cadre de la crise de 2010. S’ils ne peuvent pas être réintégrés, que des mesures de compensation leur permettent de se prendre en charge, de se réinsérer dans la vie économique et social« .

C’est l’une des doléances fortes qu’Affi N’guessan adresse à Alassane Ouattara. Et l’exemple de Koné Katinan est tout trouvé. Ouattara ne pourra se débiner puisqu’il a là encore une autre occasion de semer la division au sein de l’opposition. En effet, la réintégration de Koné Katinan aux impôts fait jaser. Les accusations de traitrise fleurissent et les partisans d’Affi s’en donnent à cœur joie. Eux qui ont longtemps été accusés de collaborer avec le régime Ouattara.

Lire aussi: Côte d’Ivoire/ Un Franc-maçon ivoirien, proche d’Hamed Bakayoko, décède à Paris


Entre autres sujets évoqués, Affi dit avoir parlé des sujets d’intérêt national. A savoir la réconciliation et la stabilité de la Côte d’Ivoire. Sur ce point, il plaide pour la libération des prisonniers politiques et militaires de la crise post-électorale de 2010. Ce serait un e façon de vider d’anciens contentieux et le passif pour arriver en 2025 dans des conditions de paix sociale. Une paix sociale indispensable à la tenue d’élections crédibles et apaisées.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
error: Le contenu est protégé !!