À la UneFootballMondeSport

Football : la japonaise Kumi Yokoyama s’est présentée officiellement comme un homme transgenre

La footballeuse japonaise évoluant aux États-Unis, Kumi Yokoyama, s’est présentée le week-end, pour la première fois comme un homme transgenre. Une situation qui présente le retard du Japon sur d’autres pays développés sur la question de la reconnaissance des droits des personnes LGBT +.

« En vivant aux États-Unis, il est plus facile d’être ouvert sur la sexualité et le genre », a déclaré dans une vidéo YouTube Kumi Yokoyama, ancienne coéquipière japonaise Yuki Nagasato, championne du monde en 2011 et jouant elle aussi aux États-Unis.

Publicité

« Récemment, le terme LGBTQ est devenu courant au Japon, et on le voit dans les médias maintenant. Mais j’ai pensé que si des gens comme moi ne s’exprimaient pas, les choses n’avanceraient pas », a commenté Kumi Yokoyama, 27 ans, qui évolue à Washington.

L’État Nippon est confronté ses dernières années à une forte pression pour se conformer aux normes de genres. Et pour Kumi Yokoyama, qui a joué de 2017 à 2018 à Francfort, a reconnu que les discriminations sont moins fortes aux États-Unis ou en Allemagne.

Finalement, au Japon, une proposition de loi contre les discriminations des personnes LGBT + n’a pu être votée lors de la session parlementaire qui s’est achevée la semaine dernière, malgré l’imminence des Jeux Olympiques de Tokyo qui doit démarrer du 23 juillet au 8 août prochain et le message de tolérance véhiculé par le mouvement olympique.

Ce lundi 21 juin 2021, l’haltérophile néo-zélandaise, Laurel Hubbard est devenue ce jour, la première athlète transgenre à être sélectionnée par un comité olympique national pour participer à des Jeux Olympiques.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page