France

France: Polémique autour des prostituées en silicones

Des poupées en silicones proposées par une maison close sont au cœur d’une vive polémique en France. Des députés communistes veulent demander sa fermeture au conseil de Paris.

Les clients de l’entreprise Xdolls font face à de nouvelles propositions depuis début février. Il s’agit des poupées de taille presque humaine, dans un appartement discret. Les propositions sont également faites sur le site internet de l’entreprise. Les prix varient 89 euros pour 1h en solo 149 euros pour 2h en solo, 120 euros pour 1H en couple. Pour l’option réalité virtuelle, il faut ajouter 19 euros.

Publicité

Enregistré en tant qu’une salle de jeux, l’établissement viole la loi en proposant à ses clients des prostituées en silicone “, déplore le groupe communiste. Ce dernier compte demander à la ville ” d’étudier les procédures juridiques ” en vue de le fermer.

Pour le président du groupe Nicolas Bonnet-Oulaldj, ces poupées louées à l’heure ” renvoient une image dégradée des femmes, avec des ambiances sonores qui peuvent évoquer le viol “. ” Nous voulons une clarification par rapport à la loi “, a-t-il ajouté.

Du côté de la mairie de Paris “ C’est loin des préoccupations municipales “, a déclaré la maire socialiste Anne Hidalgo.

Au tour du président du groupe centriste Eric Azière d’ajouter ” Vouloir interdire un commerce de fourniture d’objets sexuels, qui relève pourtant de la liberté individuelle entre adultes consentants, n’est pas légal “.

 

Tags

Jaures Nguessan

Bonjour, je suis Jaurès Nguessan. J'aime les voyages et les découvertes. Vous pouvez retrouver mes articles dans les rubriques d'actualités politiques, sportives, culturelles également dans les faits de sociétés. abraham.nguessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer