AfriqueDiversGhanaSociété

Ghana: les dieux d’une rivière exigeraient 5 humains en sacrifice avant l’utilisation d’une toilette publique 

Une nouvelle installation sanitaire construite pour desservir les résidents d’Ampabame n° 1 dans la région d’Ashanti au Ghana ne peut pas être utilisée car une divinité fluviale a exigé que 5 êtres humains soient sacrifiés avant de pouvoir être mise en service.

La radio locale ghanéenne, Nhyira FM rapporte qu’une prêtresse au service des dieux Tano, gardiens de la rivière Bomofia qui est proche des dieux, est en colère contre le déversement constant de déchets dans le ruisseau par les habitants.

Elle a également déclaré que les dieux n’étaient pas satisfaits de l’emplacement d’une fosse septique pour l’installation.

Selon des informations de Ghanafeed, le projet de toilettes communautaires d’Ampabame a été lancé en 2005.  Il a été achevé 15 ans plus tard en raison de contraintes financières. Le rapport ajoute en outre que le député de la région, Richard Ofosuhene, a déclaré après une mise en service antérieure, que l’utilisation par les habitants des toilettes était faible en raison de la demande de sacrifices humains du sanctuaire.

Ghana: les dieux d’une rivière exigeraient 5 humains en sacrifice avant l’utilisation d’une toilette publique 

Les toilettes de 32 places se trouvent à proximité de la rivière Bomofia et à quelques pas du sanctuaire de Tano.

La rivière de Bomofia, très polluée, semble étouffée en raison du volume de déchets qu’elle contient.

LIRE AUSSI : Pour réussir leur mariage, un couple kidnappe un garçon pour l’offrir comme sacrifice humain (afrikmag.com)

Le président du comité d’unité, le chef Kojo Acheampong, s’est dit préoccupé par la majorité des habitants qui dépendent de la rivière Bomofia pour leurs tâches ménagères, mais les résidents récalcitrants continuent de la polluer malgré son utilité.


La prêtresse des dieux Tano, après ce qui ressemblait à une heure de consultations avec les dieux, a déclaré que l’installation ne pouvait pas être opérationnelle sans le sacrifice humain requis, comme cité par JoyNews.

Un député a déclaré qu’il travaillera avec certains anciens de la communauté pour effectuer les rituels nécessaires.

« Nous l’avons entendue, nous ne pouvons pas abandonner l’installation, nous ferons donc le nécessaire pour la remettre en service. »

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

2 commentaires

  1. Je dis oo l’homme est devenu poulet. Ces esprits là mangent pas poulet ? Laissez enfts des gens tranquilles hein. Sinon vs serez coupables de crimes. Appelez des hoes de Dieu pr chasser ces démons.

    1. Vraiment, et qui dit qu’après la mise en service, ces « divinités » ne viendront pas réclamer chaque année leur art de sacrifice humain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
error: Le contenu est protégé !!