Côte d'IvoirePeople

“Grâce au nom de Drogba j’ai été embauché dans une entreprise Danoise,” découvrez l’émouvant témoignage d’un Ivoirien au Danemark

Un compatriote de Didier Drogba au Danemark raconte sa merveilleuse histoire avec le nom de la légende Chelsea qui l’a permis de trouver du travail. 

Légende de Chelsea Football Club et de la sélection ivoirienne de Côte d’Ivoire, Didier Drogba est aussi considéré comme l’une des légendes du football africain. Meilleur buteur africain de l’histoire de la Champion’s League et des Eléphants de Côte d’Ivoire, Drogba Didier est aussi une personnalité très influente qui a réussi à impacter plusieurs millions de jeunes africains et européens.

Juste avec le nom de Drogba on peut se faire une place dans la société. En tout cas c’est une expérience qu’a vécu un jeune ivoirien résident au Danemark. Ce dernier raconte qu’avec le simple nom de l’ancien capitaine emblématique de la Côte d’Ivoire il a pu se trouver du boulot de la plus facile des manières en terre danoise.

Lire le témoignage :

En 2014, quand je suis arrivé au Danemark, c’était compliqué pour m’intégrer. Personne ne parle français. Personne ne connaît vraiment la Côte d’Ivoire successivement, quand je dis, je suis ivoirien on connaît pas à priori, sauf si bien sûr, tu dis : Drogba Didier ,là ils connaissent tous la Côte d’Ivoire à condition que tu leur parles de Drogba et ça leur revient. Vu qu’au Danemark, la côte d’ivoire se dit Elefante benkysten et ça je ne le savais pas à mon arrivée au tout début. Mais quand tu parles de Drogba, vite, tu es situé dans le globe. Bon enfin ça tout le monde le sais aujourd’hui. Ensuite, je suis allé faire un stage pratique dans une entreprise et postuler avec des Syriens des Algériens et des Polonais.

Mon patron était un fan de foot et de Drogba. Chaque deux minutes, il venait me demander des choses sur Drogba et était tout ouïe quand je lui parlais de Dahizoko. Finalement, il (le patron) m’a surnommé Drogba. À la fin du stage je savais que je serai retenu, j’en étais persuadé vu le respect qu’il avait pour Drogba et qu’il me donnait par ricochet seulement par le faite d’être du même pays que Drogba et j’ai été embauché. Vraiment merci. J’ai compris alors que le combat que mène Drogba n’est pas pour sa seule personne, mais pour notre pays. Merci d’exister ,prêt pour te soutenir et j’exhorte mes frères à le soutenir, car ces monuments dans un pays Dieu n’en donne que chaque 100 ans.” A-t-il raconté.

Boa Akon

Hello ! Je suis Boa Jules Akon, journaliste sportif et culturel, lisez mes articles sur Afrikmag, merci.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Back to top button