Guinée-BissauJustice
A la Une

Guinée-Bissau : l’ancien premier ministre interdit de quitter le pays

L’ex-premier ministre bissau-guinéen, Domingos Simoes Pereira, a été interdit de quitter le territoire national en raison d’une enquête judiciaire sur une tentative de coup d’Etat en 2021.

Le bureau du procureur de Guinée-Bissau a annoncé dans un communiqué publié mercredi, 23 février, avoir ordonné à l’ancien premier ministre Domingos Simoes Pereira, une interdiction de quitter le pays en attendant de répondre à la lettre de demande de la levée de son immunité parlementaire, dans le cadre de l’affaire dont il est soupçonné d’avoir financé irrégulièrement des entités bancaires.

 » Domingos Simoes Pereira, est sous contrôle judiciaire depuis mardi  » a affirmé mercredi Bacary Biaye, le procureur général de république.

Le communiqué du bureau du procureur a indiqué que  » cette décision l’empêche de quitter le pays sans autorisation du ministère public  »

Mardi soir, le paquet général a publié un communiqué dans lequel a été annoncé  » une mesure de coercition  » contre Pereira dès le mardi.

Alors que M. Pereira était premier ministre, il a été publiquement accusé d’avoir permis un décaissement de 5 millions de dollars pour des hommes d’affaires bissau-guinéens afin de régler des dettes à des banques locales. Le ministre n’avait pas consulté l’Assemblée Nationale avant de faire le décaissement, ce qui lui est reproché.

Lire aussi : Maroc: un ancien ministre condamné 3 ans de prison ferme

Domingos Simoes a été aussi cité dans l’affaire de tentative de coup d’Etat contre le président Umaro Sissoco Embalo le12 avril 2021.


Député et Chef de l’ancien parti au pouvoir le Parti Africain pour l’Indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC) qui a traditionnellement dominé la politique Bissau-Guinéenne depuis l’indépendance en 1974 a été le concurrent du président actuel Umaro au second tour de l’élection présidentielle en Janvier 2020, et dont il a contesté les résultats.

Il a été chef de gouvernement de 2014 à 2015 sous le président José Mario Vaz, lui aussi issu du PAIGC.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page