À la UneCôte d'IvoireInterviewSociété

« Il faut plus de réforme dans le permis de conduire », selon Lamine Cissé

Le ministère ivoirien des Transports s’est résolument engagé dans une réforme du permis de conduire, mais également sur les accusations portées contre les acteurs du secteur. Nous avons tendu notre micro au vice-président de l’Union nationale des auto-écoles de Côte d’Ivoire, M. Lamine Cissé.

On accuse les autoécoles de délivrer des permis de conduire sans valeur, qui sont l’une des causes des accidents de la circulation. Que répondez-vous à cela ?

Publicité

Nous déplorons le fait que les gens pensent ainsi, surtout les autorités. Il y a des conducteurs dont les permis datent de plusieurs décennies, qui sont à la base des accidents de la circulation. Non, les autoécoles ne sont pas à la base des nombreux accidents de la circulation que nous constatons.

L’une des raisons de la suspension des inspecteurs du permis est que la fraude a gangréné le milieu

Partout, il y a la fraude. Je vous mentirais si je disais qu’il n’y a pas de fraude dans notre milieu. Mais, cela est dû au fait que le secteur traverse des difficultés. Nous sommes très souvent accusés à tort. Pendant la période de la covid, nous avons été fermés pendant trois mois, sans accompagnement. Toutefois, ce ne sont pas toutes les autoécoles qui sont accusées de fraude. Nous avons de bonnes autoécoles et même de très bonnes, qui délivrent des permis de qualité.

Est-il vrai que certaines autoécoles ne disposent pas de véhicule ?

Comme je l’ai indiqué, la situation sanitaire a fragilisé certains établissements. Il arrive que des autoécoles ne disposent pas de voiture pour fonctionner. Mais, dans ces cas-là, nous les aidons en leur prêtant des voitures.

Les gendarmes ont été désignés pour remplacer les inspecteurs du permis de conduire. Et ils ont commencé leur travail d’inspection. Cela va-t-il changer quelque chose ?

Nous ne mettons en doute personne. Si les gendarmes sont venus pour contrôler les permis de conduire, ils peuvent le faire en toute tranquillité. Nous disons simplement que le nœud du problème se trouve ailleurs. Je le répète : il y a des centaines de milliers de permis datant de plusieurs années qui sont dans la circulation. Ce ne sont pas les nouveaux chauffeurs qui vont entraîner les accidents de la circulation. Que fait-on de ces vieux permis qui sont dans la nature ?

Que fait-on, alors ?

Il faut procéder à un recyclage, à un renforcement des capacités des personnes qui ont eu leur permis il y a très longtemps. Le permis évolue, la route aussi. Ces conducteurs doivent se mettre à jour. Les autoécoles peuvent faire ce travail, l’Etat aussi. Le Certificat d’aptitude de conducteur routier (Cacr) doit être étendu à toutes les catégories de permis.

Publicité 2

Au niveau des autoécoles, avez-vous trouvé qui est le véritable coupable du taux élevé d’accidents de la circulation en Côte d’Ivoire ?

La fraude dans la délivrance du permis de conduire, n’est que l’une des causes des accidents. Ce n’est pas la principale, comme on tente de le faire croire. Les chauffeurs de véhicules de transport en commun se shootent avant de prendre le volant. L’alcool et la drogue circulent dans le milieu. Certains ne peuvent même plus travailler sans en prendre. Et, une fois devant le volant, ils ne sont plus lucides or le temps de réaction d’un conducteur est très primordial.

Il existe combien d’autoécoles en Côte d’Ivoire ?

Nous sommes autour de 600 autoécoles, aujourd’hui. 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page