Divers

Iran : une femme meurt d’une crise cardiaque avant son exécution mais est pendue quand même

Une Iranienne est morte d’une crise cardiaque en attendant son exécution – mais son corps a quand même été pendu pour que la mère de sa victime puisse regarder, selon son avocat.

Zahra Ismaili attendait son tour à la potence mercredi dernier pour avoir tué son mari, un agent supérieur du ministère du renseignement qu’elle avait accusé d’être violent, selon Times of London.

Publicité

Elle est tombée raide morte après avoir été forcée de regarder 16 hommes être pendus devant elle, selon une déclaration de son avocat, Omid Moradi, partagée par Iran Human Rights Monitor (HRM).

« Le cœur de Zahra s’est arrêté et elle est morte avant d’être emmenée à la potence », a écrit Moradi, affirmant qu’elle est morte d’un « arrêt cardiaque. »

« Ils ont pendu son corps sans vie, et la mère de la victime, Fatemeh Asal-Mahi, a personnellement donné un coup de pied à la chaise », a-t-il ajouté.

Le corps a été pendu à l’aube à la prison de Rajai Shahr, à Karaj, une banlieue de la capitale Téhéran.

Ismaili est l’une des trois femmes tuées la semaine dernière. Elle est devenue la 114e femme exécutée sous le mandat du président iranien Hassan Rouhani, qui a débuté en 2013.

Crédit photo : reddit

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page