Culture & LoisirsPeople

« J’ai été violée cinq fois »- une actrice nigériane raconte sa terrible histoire

L’actrice nigériane, Iyabo Ojo, dit qu’elle a été violée cinq fois dans le passé avec sa première expérience à l’âge de 14 ans.

L’actrice a fait l’étonnante révélation dans un épisode récent de sa série YouTube intitulé « Bare it all with I.Y ». Ojo a déclaré qu’elle avait été violée pour la première fois par un homme n’appartenant pas à sa famille alors qu’elle vivait chez sa tante avant d’être témoin de la deuxième agression sexuelle peu de temps après, ce qui l’a incitée à s’enfuir de chez elle.

La star de cinéma a ajouté qu’elle ne pouvait pas en parler à l’époque parce que c’était «tabou» de dire aux gens comment on avait été violé.

Dans ses mots:

« Je connais beaucoup de femmes qui ont traversé ce que j’ai vécu. Je pense qu’il est temps pour moi de leur parler et de les faire comprendre qu’il est bien d’en parler. Pour qu’elles sachent que ce n’est pas bon d’être dans cette situation.

Comme je l’ai dit, oui, j’ai été violé auparavant. Pas une fois mais cinq fois. Et croyez-moi quand je dis que ce n’était pas facile. La première fois que j’ai été violée, j’avais 14 ans. C’est arrivé dans la maison de ma tante (pas un membre de la famille). Je ne voulais pas en parler parce que c’était tabou d’en parler. J’ai senti que je serai blâmée pour tout ce qui s’est passé. Et la seconde fois, c’était une autre terrible expérience qui s’est passée. Et je ne pouvais toujours rien dire à personne de ma famille. J’ai alors pris un peu de courage pour le raconter à un de mes amis et c’est l’une des raisons pour lesquelles je me suis enfuie à un moment donné. Toute la famille me cherchait et quand ils m’ont finalement trouvée, je n’en ai toujours pas parlé.

Maintenant, pour la troisième fois, l’homme était un voisin. Nous étions très proches l’un de l’autre. on était côte à côte dans le même quartier. Il était un ami à mon premier petit ami, même s’il était beaucoup plus âgé que lui. Je n’ai jamais su qu’il avait une telle intention. J’ai grandi dans la région d’Obanikoro de Lagos.

J’ai déménagé à Ikeja pour rester avec ma tante. Cependant, j’allais à Obanikoro parfois pour rendre visite à ma grand-mère, ma maman et mon petit ami. En route d’Obanikoro rentrant chez moi, j’étais à l’arrêt de bus attendant un taxi, puis sa voiture passa devant moi et il s’est arrêté. Nous avons échangé des plaisanteries. Il m’a demandé où j’allais. Je lui ai dit que j’allais à Ikeja et a offert de me déposer. Il a dit qu’il avait déménagé à Ikeja. Quand nous sommes arrivés à Ikeja, il m’a dit qu’il habite dans la rue Toyin. Je lui ai dit que je connais très bien la rue parce que j’ai vécu à Balogun Bus Stop à Ikeja. Il a dit qu’il devait me montrer sa maison afin que je puisse lui rendre visite chaque fois que j’en ai envie. Je n’ai vu aucun gros problème parce qu’il était un ami à mon ex, le premier petit ami.

Quand nous sommes arrivés chez lui, il avait un tapis, un climatiseur et une télévision dans le salon. Il dit soudain qu’il avait faim et m’a demandé si j’avais faim aussi. Je lui ai dit que non parce qu’il était déjà tard et ma tante m’attendait. Il a ensuite dit qu’il m’avait aimé même avant que Emmanuel (mon premier petit ami) ne me rencontre et que, lorsqu’il a découvert que je sortais avec Emmanuel, il avait eu le cœur brisé.

À ce moment-là, j’avais presque 18 ans. Il a commencé à essayer de me toucher. Je me suis levée avec colère et je me suis dirigée vers la porte. J’ai remarqué que c’était verrouillé. Je lui ai dit d’ouvrir la porte. Il m’a dit qu’il m’aime. Puis il a commencé à me traîner. Cela a ramené des souvenirs de l’expérience que j’avais traversée la première fois. Alors, ça m’a signalé que c’était sur le point de se reproduire. Je ne le voulais pas alors je me suis battue avec lui. J’ai essayé de le pousser et j’ai couru dans une des pièces pour ouvrir la fenêtre pour crier, mais il me ramena par mes cheveux et puis il m’a tenue contre le mur. J’ai continué à me débattre et à lutter avec lui alors il m’a traîné hors de la pièce parce qu’il ne voulait pas que je crie et me donna une gifle. Je me suis frappée la tête sur le mur. J’étais un peu étourdie essayant de me remettre sur mes pieds et il entra dans la cuisine pour prendre un couteau.

Quand il a eu le couteau, ses yeux ont viré au rouge et son visage a changé. Il n’était pas la même personne que je connaissais. J’ai réalisé que si je me débats, je finirai morte. Puis il m’a ramenée dans la pièce. J’étais juste engourdie. Il a fait tout ce qu’il voulait faire. Quand il a fini, il est sorti et est revenu et commença à appeler mon nom parce que j’étais toujours à l’endroit où il m’a violée. Puis il a commencé à m’appeler bébé. Ce mot bébé perçait mon cerveau parce que j’étais en colère.


Vous ne le surmontez jamais, mais cela arrive à une période inattendue de votre vie par laquelle elle devient une histoire à raconter. Vous devez y faire face. J’ai été en mesure de faire face à cela à ma propre manière car auparavant, je ne pouvais pas en parler. Quand j’essaie de le faire, je deviens si émotive et en colère.

En ce moment, je peux en parler. Alors, après le baiser, il m’a dit qu’il m’a aimé et je lui ai dit que je l’aimais aussi. Il est allé me ​​déposer à mon arrêt de bus. En marchant à la maison, je me souviens que j’étais juste calme. Je n’avais aucun sentiment ni émotions. Je suis rentrée chez moi et heureusement que ma tante n’était pas là. Je suis juste allée directement à l’étage et monté dans la baignoire et j’ai juste commencé à pleurer.

J’ai pleuré. Puis j’ai réfléchi à l’idée d’en parler à mon ex-petit ami. Mon ex-petit ami était un bad boy et je ne dirais pas que j’aimais toutes les mauvaises choses qu’il faisait. J’ai donc décidé de ne pas lui dire parce qu’il pouvait le tuer ou lui faire quelque chose de terrible si je le faisais. Je ne voulais pas ça parce que je ne voulais pas de sang sous mes mains. Je ne sais pas si ce que j’ai fait était bien ou mal. Donc, la seule façon de ne pas lui dire était de rompre avec lui.

Ensuite, l’autre s’est produit après que je me sois mariée avec mon mari et que j’ai eu mes enfants, puis nous avons déménagé à Ikeja. J’ai été violée par l’un des voleurs armés qui sont venus chez nous. Ce n’est pas facile de parler de viol. Peu importe combien vous en parlez, vous devez vous rendre compte que c’est douloureux, mais vous n’êtes pas seule. « 

L’année dernière, La chanteuse camerounaise de pop urbaine , Njie Efunden Daphne connue professionnellement sous le nom de Daphné a raconté comment elle a été violée dans son enfance et la répercussion que cela a eu sur sa vie.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page