AfriquePolitique

Gambie :Aucun juge présent à la Cour Suprême pour plancher sur le contentieux électoral…Explications!

Ce mardi, la cour suprême de Banjul devait statuer sur les recours en annulation de la présidentielle introduite par le parti au pouvoir. Mais contre toute attente, aucun juge de ladite institution judiciaire n’est visible à Banjul. Ils sont en tout cinq juges de la cour suprême qui devaient se prononcer. Ces juges attendus sont notamment des Nigérians et des Sierra-Léonais.

Suite à la présidentielle du 1er décembre dernier, l’opposant Adama Barrow a été déclaré vainqueur, une victoire que Yahya Jammeh avait salué et avait même félicité son adversaire élu. Dix jours après, Jammeh retourne sa veste et remet en cause sa parole.

Publicité

La crise socio-politique va alors commencer. Malgré les appels à quitter le pouvoir, le dialogue de coulisse initié par la Cédeao, Jammeh fait fi de tout et demande l’annulation du scrutin. Car, dit-il,  »il y a eu des irrégularités ».

Ce revirement va amener la Cédeao à durcir le ton mais, pour finir, l’option militaire mise sur la table commence à prendre de l’eau, puisque samedi dernier à Accra, plusieurs dirigeants à l’investiture de Nana Akufo Addo appellent à une passation dans le calme et la paix.

D’après les informations, l’un des juges, le sierra-léonais Nicolas Browne-Mark a été aperçu lundi à Freetown. Son confrère, nigérian  Onogeme Uduma qui devait siéger demain en qualité de président de la Cour Suprême, a fait parvenir aux autorités gambiennes, qu’il ne pourrait être disponible qu’en mai ou en novembre prochain.

« Dans une lettre au ministère gambien de la justice, il explique que la date choisie n’est pas compatible avec ses obligations vis-à-vis de l’agenda judiciaire de son pays », rapporte la BBC.

Il faut signaler au passage  que, cinq juges gambiens de la Cour suprême avaient déjà rendu les véhicules de fonction qui sont mis à leur disposition aux autorités avant de quitter la Gambie.

Publicité 2

Lundi dernier, un sommet extraordinaire de la CEDEAO sur la Gambie tenu à Abuja donne mandat à Muhammadu Buhari, Ellen Joahnson Sirleaf et Ernest Bai Koroma de se rendre en Gambie pour tenter une fois de convaincre Jammeh de quitter le pouvoir.

Cette deuxième mission des chefs d’Etat de la Cédéao intervient dans un contexte difficile pour le président Yahya Jammeh.

Yao Junior L

Articles similaires

2 commentaires

  1. Mais Jammeh n’a pas tord dans ces revendications puis que la cour elle même a annoncé qu’il a irrégularités. Cependant après la CEDEAO et même l’intervention et le déplacement de certains chefs d’État,Jammeh pourrait se calmer un peu afin qu’une audition puisse être faire dans le comptage des voies mais ce dernier est resté indifférent . Je l’incite à se calmer

    1. ASSIHA S. ÉPIPHANE,je vous remercie à travers votre opinion car la plupart des pays africains,ceux des coups suprêmes sont corruptibles par les grands puissants du monde et c’est cette malfaissant qui amène l’irreguralité du coup suprême par exemple en GANBIE . Dans ce mefait,le president Yahya Jammeh a raison de s’accroché au pouvoir . Face a cette recommadation des grands puissants certains chef d’Etats ont peur de s’inposé a ce mefait car il y a coup d’etat qui les attends.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page