Société

La Chine, la Turquie et l’Égypte en tête des pays qui emprisonnent le plus de journalistes

Selon un nouveau rapport publié par le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), la Chine est désormais le pire geôlier de journalistes au monde pour la deuxième année consécutive.

L’enquête mondiale annuelle du CPJ indique qu’au moins 274 journalistes ont été emprisonnés au 1er décembre, dépassant le nombre élevé de 272 en 2016.

Publicité

Dans son rapport, le CPJ, une organisation indépendante de défense de la liberté de la presse, a déclaré: «La Chine, qui a arrêté plusieurs journalistes pour leur couverture de la pandémie du COVID-19, a été le pire geôlier du monde pour la deuxième année consécutive. Elle a été suivie par la Turquie, qui continue de juger les journalistes gratuitement sur parole et en arrête de nouveaux. L’Égypte, qui s’est donné beaucoup de mal pour garder en détention les journalistes non reconnus coupables d’aucun crime et l’Arabie saoudite, suivent dans cet ordre», indique le rapport.

Le CPJ a noté que plus de 47 prisonniers en Chine purgeaient de longues peines et étaient emprisonnés au Xinjiang «sans qu’aucune accusation ne soit révélée».

Le rapport a ajouté que lorsque le coronavirus était endémique dans la province de Wuhan en Chine, Pékin a arrêté plusieurs journalistes pour une couverture qui allait à l’encontre du récit officiel.

«Les trois encore emprisonnés le 1er décembre incluent le journaliste vidéo indépendant, Zhang Zhan, qui a commencé à publier des rapports de Wuhan sur Twitter et YouTube début février et a été arrêté le 14 mai. Ses vidéos comprennent des entretiens avec des propriétaires d’entreprises et des travailleurs locaux sur l’impact du COVID-19 et la réponse du gouvernement», a déclaré le CPJ.

«Ses vidéos sont probablement encore disponibles pour un public mondial, car elles sont hébergées par des entreprises en dehors de la Chine. Mais le CPJ a constaté que des contenus similaires produits par d’autres personnes emprisonnées par la suite avaient été supprimés pour des raisons assez ambiguë. Cela entrave la recherche et souligne les préoccupations de longue date concernant la transparence des géants mondiaux de la technologie comme Google, Twitter et Facebook», a déclaré le CPJ.

Publicité 2

Le rapport indique en outre qu’en Chine, plus d’une douzaine de journalistes travaillant pour les publications américaines en Chine ont été expulsés. «La citoyenne australienne Cheng Lei, présentatrice d’actualités économiques pour la chaîne publique China Global Television Network, a été arrêtée en août pour avoir prétendument mis en danger la sécurité nationale dans un contexte de tension entre la Chine et l’Australie. Cela fait d’elle la deuxième journaliste australienne en détention après la blogueuse Yang Hengjun, détenue pour espionnage depuis janvier 2019″, souligne le rapport.

Le rapport a également ajouté le Bélarus et l’Éthiopie à la liste.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page