Afrique

« L’apartheid n’était pas un crime contre l’humanité ». Les propos d’un ancien président sud-africain créent un tollé d’indignation

Le dernier président blanc d’Afrique du Sud, F.W. de Klerk, est au centre des critiques depuis qu’il a déclaré que l’apartheid n’était pas un crime contre l’humanité.

Bien que ses commentaires, faits au début du mois, aient provoqué l’indignation, les universitaires africains ont noté un sentiment d’amnésie continentale à l’égard du passé, et affirment que cette nostalgie mal placée n’est pas un phénomène exclusivement sud-africain.

Publicité

De Klerk a contribué à  mettre fin à l’apartheid. Il a fait libérer Nelson Mandela de prison et a instauré la démocratie en 1994. De Klerk a partagé le prix Nobel de la paix 1993 avec Mandela pour leur rôle dans la fin du régime d’apartheid.

45% des Sud-Africains d’aujourd’hui n’étaient pas encore nés lorsque cela s’est produit. Mais les blessures de l’apartheid sont encore profondes, comme le montre l’échange houleux entre de Klerk et la chaîne publique SABC.

Le journaliste Manelisi Dubase a fait pression sur l’ancien président pour qu’il accepte que l’apartheid fût un crime contre l’humanité.

« Je ne suis pas tout à fait d’accord avec cela », a répondu M. de Klerk, « Je m’excuse vraiment pour l’apartheid, mais il y a une différence entre appeler quelque chose un crime, comme le génocide qui est un crime. L’apartheid ne peut pas être un crime parce qu’il n’y a jamais eu de génocide », a-t-il ajouté.

Comme l’a ensuite noté Dubase, des milliers de personnes (pour la plupart noires) ont été tuées dans des violences internes pendant l’apartheid. En outre, d’innombrables manifestants ont été tués en détention policière et des millions de Sud-Africains étaient soumis quotidiennement à des indignités, des restrictions et des traitements injustes uniquement sur la base de leur race.

Les commentaires de l’ancien président De Klerk ont provoqué une colère générale, y compris de la part de la fondation de Desmond Tutu, lauréat du prix Nobel de la paix.

Le Congrès national africain (ANC) a déclaré que les commentaires de M. De Klerk est « une tentative claire et délibérée d’inciter à la haine raciale. »

« L’apartheid était un système brutal d’oppression et de sous-développement, et les Nations unies l’ont déclaré à juste titre en 1973 comme un crime contre l’humanité », a déclaré le porte-parole de l’ANC, Pule Mabe. « La nation est donc effectivement choquée, et nous le demandons tous : M. de Klerk, l’apartheid était-il autre chose que cette définition par le monde entier ? »

Le parti politique Combattants pour la liberté économique a demandé l’ouverture d’une procédure contre De Klerk.

Publicité 2

La fondation de M. De Klerk, qui avait initialement soutenu ses propos, les a retirés lundi, affirmant que l’apartheid était un crime contre l’humanité. 

Face à ce déluge inattendu de critiques, Frederik de Klerk a dû  «présenter ses excuses pour la confusion, la colère et les blessures» qu’il a créées. «Je suis d’accord” avec Desmond Tutu qu’il “n’est pas temps de pinailler pour savoir à quel point l’apartheid était inacceptable. C‘était totalement inacceptable», a-t-il reconnu en se confondant en excuses. 

Crédit photo : thetimes

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page