AfriqueDiversSociété

Le Zimbabwe interdit aux écoles d’expulser les filles enceintes

Le Zimbabwe a interdit aux écoles d’expulser les filles qui tombent enceintes au cours de l’année scolaire. Une mesure qui, selon les militants des droits des femmes, contribuerait à lutter contre l’inégalité entre les sexes et à empêcher de nombreuses filles d’abandonner l’école.

 Cet amendement juridique annoncé la semaine dernière vise à renforcer une directive de 1999 qui a été mise en œuvre de manière inégale, et intervient alors que les fermetures d’écoles dues au coronavirus font craindre une augmentation des abus sexuels et des grossesses non désirées.

De nombreux parents de filles enceintes, ou les filles elles-mêmes, décident d’arrêter l’école en raison de la grossesse, et les écoles ne font pas toujours assez pour les encourager à y rester, selon les responsables.

 «Je m’attends à ce que chaque parent et tuteur et tout le monde comprennent que chaque enfant doit être aidé par nous tous pour aller à l’école», a déclaré lundi Cain Mathema, le ministre de l’Éducation en charge des écoles, à la Fondation Thomson Reuters.

 «Chaque enfant, garçon ou fille… a le droit d’aller à l’école au Zimbabwe», a-t-il déclaré.

 En 2018, 12,5% quelque 57 500 décrocheurs du pays ont cessé de fréquenter des cours pour des raisons de grossesse ou de mariage – presque toutes des filles, selon les statistiques du ministère de l’Éducation.

Priscilla Misihairwabwi-Mushonga, une députée de l’opposition qui préside un comité parlementaire d’éducation, a déclaré que transformer les directives précédentes en une loi avec d’éventuelles sanctions rendrait les règles plus efficaces et s’attaquerait aux disparités entre les sexes.

 «Dans les circonstances où la grossesse était le résultat d’enfants du même âge, le garçon ne serait pas nécessairement expulsé de l’école», a-t-elle déclaré.

 «C’était aussi une double tragédie pour la fille … car dans la plupart des cas, ce n’était pas un rapport sexuel consensuel mais une sorte d’abus de la part d’un prédateur plus âgé qu’elle.  Alors, elle a été traumatisée et violée puis elle est encore plus traumatisée en étant expulsée de l’école. »

Nyaradzo Mashayamombe, directrice fondatrice du groupe de défense Tag a Life International et dirigeante d’un consortium d’organisations qui ont fait pression pour cette loi, a déclaré qu’elle craignait que les mesures de confinement n’aient provoqué une hausse des grossesses non désirées chez les adolescentes.

 «Nous traversons une période dangereuse où les enfants ne sont pas scolarisés depuis longtemps.  La plupart d’entre eux n’assistent même pas au cours de radio et de télévision », a-t-elle dit, appelant le gouvernement à veiller à ce que la nouvelle loi soit appliquée.


« La grossesse n’est que l’une des raisons pour lesquelles les filles du Zimbabwe pourraient ne pas retourner en classe après la levée des restrictions relatives aux coronavirus », a déclaré Sibusisiwe Ndlovu, spécialiste des communications chez Plan International Zimbabwe.

 « La pauvreté et les mariages précoces empêcheront également certaines de reprendre leurs études », a-t-elle déclaré, accueillant la nouvelle législation comme un pas dans la bonne direction.

 «Cet amendement est crucial pour garantir le droit d’accès à l’éducation pour tous les enfants – en particulier les filles», a déclaré Mme Ndlovu.  

Cependant, les militants de ce pays d’Afrique de l’Est affirment que les filles auront toujours besoin d’un soutien supplémentaire pour poursuivre leurs études même si elles continuent à suivre des cours pendant leur grossesse.

Pour les filles garder sa virginité est un long chemin et pas des plus faciles. Mais si une jeune fille le veut, elle peut y arriver. Voici ci dessous 9 raisons de rester vierge quand vous êtes une jeune fille.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page