À la UneAfrique
A la Une

Libye : un migrant nigérian brûlé vif à Tripoli, l’ONU réagit !

Trois hommes ont pris d’assaut une usine à Tripoli, ils ont aspergé un travailleur nigérian d’essence et l’ont brûlé vif, selon une déclaration du ministère libyen de l’Intérieur.

Les Nations Unies ont décrit la mort de cet homme comme « un autre crime insensé contre les migrants dans le pays. »

Publicité

Une déclaration du ministère de l’Intérieur de Tripoli note que les suspects – tous des ressortissants libyens – ont été arrêtés juste après la mort du migrant.

« Nous sommes horrifiés par le meurtre d’un travailleur migrant nigérian à Tripoli, en Libye, par trois hommes hier. Le jeune homme a été brûlé vif, ce qui constitue un autre crime insensé contre les migrants dans le pays », a tweeté Federico Soda, chef de la mission de l’Organisation internationale pour les migrations des Nations unies en Libye. « Les responsables doivent rendre des comptes », a-t-il ajouté.

La Libye, déchirée par la guerre, a été accusée à plusieurs reprises d’être un environnement hostile pour les migrants et les réfugiés, dont beaucoup passent par le pays pour tenter d’atteindre des rivages de l’Europe.

Beaucoup de ces migrants sont interceptés par les autorités européennes et renvoyés en Libye.

Le mois dernier, Amnesty International a publié un rapport détaillant les « horribles cycles d’abus » dont sont victimes les migrants en Libye, notamment les assassinats illégaux, les disparitions forcées, la torture et le viol.

L’organisation affirme que la pandémie de coronavirus a exacerbé ces abus.

« Au lieu d’être protégés, ils sont confrontés à une série de violations effroyables des droits de l’homme et maintenant injustement pour la propagation de la pandémie de Covid-19 sur des bases profondément racistes et xénophobes », a déclaré Diana Eltahawy, le directeur régional adjoint du groupe de droits pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

« Malgré cela, même en 2020, l’UE et ses États membres continuent à mettre en œuvre des politiques qui enferment des dizaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants dans un cercle vicieux d’abus, faisant preuve d’un mépris impitoyable pour la vie et la dignité des personnes. »

Publicité 2

En août, plus de 45 migrants sont morts dans un naufrage au large des côtes libyennes. Plus de 7 000 personnes effectuant ce périlleux voyage ont été renvoyées en Libye en 2020, selon l’Agence des Nations unies pour les réfugiés.

Des milliers d’entre elles se retrouveraient dans des centres de détention dans les régions de la Libye contrôlées par le gouvernement de Tripoli, reconnu internationalement.

Crédit photo : cowrynews

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page