Malawi : l’OMS lance le premier vaccin contre le paludisme au monde

0

Un programme pilote à grande échelle appelé le premier vaccin antipaludique au monde a débuté au Malawi.

Le vaccin RTSS entraîne le système immunitaire à attaquer le parasite du paludisme, qui se transmet par les piqûres de moustiques.

Des essais antérieurs de moindre envergure ont montré que près de 40 % des enfants de 5 à 17 mois qui l’avaient reçu étaient protégés.

Publicité

Les cas de paludisme semblent de nouveau en hausse après une décennie de succès dans la lutte contre cette maladie mortelle.

« C’est un moment historique pour la vaccination, la lutte contre le paludisme et la santé publique », a déclaré le Dr Kate O’Brien, Directrice de la vaccination et des vaccins à l’Organisation mondiale de la Santé, à la BBC.

Selon les chiffres annuels les plus récents, le nombre de cas de paludisme dans le monde ne diminue plus, ce qui suscite des inquiétudes quant à sa résurgence.

Le Malawi est le premier des trois pays choisis pour le programme pilote. Il vise à vacciner 120 000 enfants âgés de deux ans et moins. Les deux autres pays, le Ghana et le Kenya, introduiront le vaccin dans les semaines à venir.

Les trois pays ont été choisis parce qu’ils mènent déjà de vastes programmes de lutte contre le paludisme, y compris l’utilisation de moustiquaires. De plus, ces pays comptent encore un grand nombre de cas.

Le paludisme tue chaque année quelque 435 000 personnes dans le monde, dont la majorité sont des enfants. La plupart de ces décès sont enregistrés en Afrique, où plus de 25  000 enfants meurent chaque année, selon l’OMS.

Le Dr O’Brien a déclaré que le paludisme est « une maladie contre laquelle il est très difficile de développer un vaccin ». Un premier essai du vaccin a débuté en 2009.

« Sept pays ont participé à un vaste essai auquel ont participé plus de 15 000 enfants », a déclaré le Dr David Schellenberg, qui travaille au développement du vaccin avec l’OMS.

« L’essai a montré assez clairement que ce vaccin est sûr et qu’il est efficace pour prévenir les épisodes de paludisme clinique et les épisodes de paludisme grave », a-t-il expliqué.

Le vaccin RTS,S est en cours d’élaboration depuis plus de trois décennies, les scientifiques de la société pharmaceutique GSK l’ayant créée en 1987.

Des années d’essais soutenus par de nombreuses organisations, dont l’Initiative pour un vaccin contre le paludisme, et dont le coût est estimé à 1 milliard de dollars américain, ont conduit à ce point.

Publicité


L’efficacité de près de 40 % n’est pas élevée par rapport aux vaccins contre d’autres maladies, mais le Dr Schellenberg indique que le RTS,S viendra s’ajouter aux mesures préventives déjà utilisées, telles que les moustiquaires et les insecticides.

« Personne ne prétend qu’il s’agit d’une solution miracle. Ce n’est peut-être pas grand-chose, mais il s’agit d’une réduction de 40 % du paludisme grave qui, malheureusement, a encore un taux de mortalité élevé, même lorsqu’on a accès à un bon traitement », a déclaré le Dr Schellenberg.

Le vaccin doit être administré quatre fois – une fois par mois pendant trois mois, puis une quatrième dose 18 mois plus tard.

Le Dr Schellenberg a reconnu qu’il pourrait être difficile pour les mères de certaines régions d’emmener leurs enfants aux cliniques pour les quatre doses. Cette étape de l’essai devrait être terminée d’ici 2023.

Crédit photo : bbc

Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

---
#####: US
X