AfriqueMali
A la Une

Mali : l’Union africaine et l’ONU condamnent l’arrestation d’IBK ; elles exigent sa libération

Suite aux troubles politiques qui ont conduit à la détention et à l’éviction éventuelle d’Ibrahim Boubacar Keita (IBK) en tant que président du Mali, les Nations Unies et l’Union africaine (UA) ont condamné l’action des soldats mutins dans le pays.  

Aljazeera rapporte que l’UA a exigé la libération de Keita et d’autres hauts fonctionnaires du gouvernement détenus par des soldats mutins lors du coup d’État.  

Publicité

La Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat, a dénoncé «toute tentative de changement anticonstitutionnel» au sein du gouvernement, exhortant les mutins à «cesser tout usage de la violence».  

« Je condamne fermement la détention forcée du président Ibrahim Boubacar Keita du Mali, du Premier ministre, Boubou Cissé et d’autres membres du gouvernement malien, et j’appelle à leur libération immédiate”, a déclaré Faki dans un communiqué.  

Faki a appelé le bloc de 15 pays d’Afrique de l’Ouest de la CEDEAO, l’ONU et l’ensemble de la communauté internationale à «unir leurs efforts pour s’opposer à tout recours à la force pour mettre fin à la crise politique au Mali». 

La chaîne de télévision internationale a déclaré que la déclaration de Faki est intervenue peu de temps avant que le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, ne condamne également pas la détention des responsables gouvernementaux et ne demande pas non plus leur libération immédiate.  

Selon un porte-parole de l’ONU, Guterres a appelé au “rétablissement immédiat de l’ordre constitutionnel et de l’état de droit” au Mali.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Mikhail Bogdanov, a déclaré que son pays avait reçu des informations sur les détentions de Keita et Cissé, a rapporté l’agence de presse RIA sans fournir plus de détails.

IBK avait été contraint de quitter la présidence alors qu’il remettait finalement sa démission le mercredi 19 août, au milieu des troubles politiques au Mali quelques heures après son arrestation.

Il a été rapporté que l’imbroglio politique qui polarisait le Mali a atteint son paroxysme le mardi 18 août, lorsque le Premier ministre, Boubou Cissé, et le président Keita ont été arrêtés par des soldats en mutinerie.  

Publicité 2

Dans un autre rapport, Cissé et IBK ont été, mardi 18 août, arrêtés par des soldats mutins.

Le chef des militaires a informé les journalistes mardi que Cissé et Keita étaient avec eux à Bamako, la capitale du Mali.

Un responsable militaire qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat avait rapporté que le duo se trouvait dans un véhicule blindé à destination de Kati.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page