AfriqueMaliPolitique
A la Une

Menace Djihadiste au Mali : Le message fort président Ibrahim Boubacar Keïta

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a appelé le lundi 4 novembre dans la soirée les Maliens à « l’union sacrée » derrière leur armée, face à « la gravité de la situation dans le pays ». Un discours que le président malien a adressé à la nation trois jours après l’une des attaques les plus meurtrières ayant visé l’armée.

Le vendredi 1er novembre, une attaque  du camp d’Indelimane, près du Niger, dans le nord-est du Mali a fait 53 morts dont 49 soldats maliens, une des plus lourdes pertes depuis plusieurs années pour l’armée.

Publicité

Dans un message à la nation diffusé lundi 4 novembre, après ce weekend meurtrier, Monsieur Kéita, qui avait décrété plus tôt dans la matinée trois jours de deuil national, a souligné « la gravité de la situation dans le pays » et mis en garde contre la tentation de tomber dans « le piège de l’ennemi qui est de nous opposer les uns aux autres et de saper le moral de nos vaillants combattants ».

« Dans ces circonstances particulièrement graves où la stabilité et l’existence de notre pays sont en jeu, notre seule réponse doit être l’union nationale, l’union sacrée autour de notre armée nationale » a-t-il rappelé.

Cette attaque intervient un mois seulement après que 40 soldats eurent trouvé la mort dans une double attaque près de la frontière du Burkina Faso.

L’organisation État islamique a revendiqué samedi l’attaque d’Indelimane dans un communiqué signé de sa « Province Afrique de l’Ouest », ainsi que la pose d’une bombe artisanale dans la même zone qui a tué un soldat français de l’opération Barkhane.

Publicité 2


Le Mali est en proie depuis 2012 à des attaques djihadistes, et qui ont fait des milliers de morts, civils et combattants. Face à cela, le président malien a dit avoir ordonné récemment pour l’armée l’élaboration d’un « nouveau concept opérationnel qui donne une part importante à l’offensive ».

Le soutien des forces étrangères, française, africaine et onusienne déployées au Mali « nous est plus que jamais nécessaire et c’est pourquoi je demande à ce que nous ne nous trompions pas d’ennemis », a-t-il dit, en écho évident aux voix qui s’élèvent contre la présence de troupes étrangères dans le pays. Il a présenté les condoléances du Mali à la France après la mort du brigadier Ronan Pointeau, tué ce week-end par un engin explosif.

SANDRA KOHET

Je suis Sandra KOHET, Web Rédactrice à AfrikMag. Passionnée de Lecture, Cuisine et voyage. sandrakohet@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer