À la UneSport

« Mes chances de victoires ne sont pas éternelles, » Nadal réagit après sa défaite

Roland-Garros, le roi de la terre battue est tombé hier soir en demi-finale face au numéro 1 mondial Novak Djokovic au terme d’un match finalement remporté en 4 sets (3-6, 6-3, 7-6, 6-2) après 4h11 de jeu. Il tentera de remporter son 19e titre du Grand Chelem dimanche face à Stefanos Tsitsipas. Mais cette défaite ne chagrine pas vraiment l’Espagnole de 35 ans.

Publicité

Rafael Nadal n’a pas eu de difficulté à évoquer sa défaite contre Novak Djokovic en demi-finale de Roland-Garros comme un échec important. Mais l’Espagnol, âge de 35 ans, a surtout cherché à la dédramatiser. Et il l’a fait savoir lors de sa conférence de presse d’après match.

Pour lui, c’est la défaite la plus spectaculaire de sa carrière à Roland-Garros et un adversaire incroyable. « Mon adversaire aujourd’hui était un des meilleurs joueurs de tous les temps. Il mérite sa victoire. Bravo à lui, que dire de plus ? C’est la réalité factuelle,» a déclaré le numéro 2 mondial.

« Mes chances de victoires ici ne sont pas éternelles, a aussi lâché Nadal dans une phrase d’une rare franchise. Plus les années passent et plus mes chances de victoires s’amenuisent. Je n’allais pas indéfiniment gagner quinze, seize titres et ainsi de suite. » Pour Nadal, il n’était pas à son meilleur niveau. « En vérité je pense avoir fait un bon match, mais il manquait quelque chose à ma qualité de balle. Contre lui, il faut être encore plus précis dans les échanges. Je me suis battu, à certains moments j’ai produit du très bon tennis, mais pas assez. C’est le genre de match qui peut basculer d’un côté ou de l’autre, ça n’a pas été pour moi. Je sais que je peux mieux jouer et j’ai fait trop de fautes de façon générale (55 contre 37 à son adversaire, dont 8 doubles fautes, ndlr). »

Publicité 2

Interrogé également sur le niveau de jeu de Djokovic, Nadal a opposé un « non » franc quand il lui a été demandé s’il avait vu le numéro un mondial à son meilleur niveau face à lui. « Non, ce n’est vraiment pas mon sentiment, et lui non plus ne m’a pas eu à son meilleur niveau en face. »

Akon

Hello ! Je suis Boa Jules Akon, journaliste sportif et culturel, lisez mes articles sur Afrikmag, merci.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page