Nigeria

Le Nigeria dévoile le premier vaccin contre le serpent à base de plantes, au monde

Les morsures de serpent ne sont pas souvent considérées comme un problème majeur de santé publique, pourtant, des dizaines de milliers de personnes meurent de morsures de serpent chaque année.

Parmi les pauvres zones rurales d’Afrique subsaharienne et d’Asie, les morsures de serpent tuent jusqu’à 138 000 personnes par an, et environ 400 000 autres souffrent de handicaps majeurs comme l’amputation.

L’anti-venin est le médicament de choix pour traiter les morsures de serpent, mais les experts affirment qu’il est souvent difficile d’identifier le bon anti-venin, qui peut être très coûteux. Cela rend le traitement inabordable pour la majorité de ceux qui en ont besoin, en particulier les femmes, les enfants et les agriculteurs des communautés rurales pauvres des pays à revenu faible et intermédiaire.

Publicité

Dans le cadre des efforts déployés pour relever ces défis, le Centre d’excellence africain pour la recherche et le développement en phytomédecine (ACEPRD) de l’Université de Jos au Nigeria, en collaboration avec le Bureau national pour l’acquisition et la promotion des technologies, a récemment dévoilé à Abuja le premier vaccin contre le serpent à base de plantes au monde, COVIP-Plus.

Le professeur John Aguiyi, inventeur en chef et responsable du centre ACEPRD, a déclaré que l’innovation est née de la nécessité de fournir un vaccin anti-serpent abordable et disponible pour les personnes qui courent un risque presque constant de morsures de serpent, en particulier les agriculteurs et les enfants au Nigeria.

À l’heure actuelle, le produit est prêt, mais il faudrait obtenir l’approbation d’un essai clinique avant qu’il puisse être commercialisé et rendu disponible.

« Nous avons développé le procédé de fabrication et nous l’avons cloné. Avec le clonage, nous pouvons fabriquer autant de kilogrammes que nécessaire.

Quand l’idée m’est venue pour la première fois, il s’agissait de rendre disponible un antivenin abordable qui n’aura aucune forme d’effet négatif parce que ce que nous avons sur le marché aujourd’hui ont des effets secondaires. Je suis heureux de dire que ce que nous avons aujourd’hui n’a aucun effet négatif, du moins chez les animaux pour le moment.

D’ici à ce que nous procédions aux essais cliniques, nous devrions être en mesure d’établir si de tels effets indésirables sont observés chez les humains ou non. La chose la plus importante que nous avons en tête est de réduire le coût du traitement de la morsure de serpent.

Il devient impératif que nous développions quelque chose pour notre propre usage à partir de sources locales et c’est ce que nous avons fait. Pour couronner le tout, le vaccin peut être transporté dans n’importe quel coin du Nigeria parce qu’il résiste à la température ».

Chacune des 250 espèces de serpents venimeux du monde produit un cocktail unique de toxines qui doivent être combattues par un anti-venin spécifique, mais les anti-venins sont en proie à des problèmes, selon un rapport de sciencemag.org.

Les scientifiques nigérians de l’ACEPRD ont expliqué ce qui rend leur invention unique.

« Celui en circulation doit être réfrigéré, sinon, il perdra sa puissance. C’est une première au monde parce qu’en parcourant la littérature, vous ne trouverez pas de vaccin anti-serpent à base de plantes. C’est ce qui le rend unique. Ce n’était pas un voyage d’une journée. Il nous a fallu 24 ans de travail », a déclaré le Professeur Aguiyi.

Pub


Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’arrivée sur certains marchés de produits antivenimeux inappropriés, non testés ou même contrefaits a miné la confiance dans la thérapie antivenimeuse en général.

Beaucoup pensent qu’à moins que des mesures énergiques et décisives ne soient prises rapidement, la pénurie d’anti-venin est imminente en Afrique et dans certains pays d’Asie.

En décembre 2015, un programme d’évaluation de la sécurité et de l’efficacité potentielles des produits antivenimeux actuels destinés à l’Afrique subsaharienne a été lancé par l’OMS.

Crédit photo : facetofaceafrica

Tags

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer