MondePolitique

« Nous n’avions pas le choix. C’était la bonne décision » : Vladimir Poutine justifie l’invasion de l’Ukraine

Le président russe Vladimir Poutine a juré de poursuivre l’invasion de l’Ukraine jusqu’à ce que les objectifs « nobles » de son pays soient atteints. À savoir la démilitarisation, la « dénazification », et la protection des populations russophones de l’Est.

Lors d’une rare apparition publique, il a déclaré que les pourparlers de paix étaient dans l’impasse et a insisté sur le fait que l’invasion – qui en est à sa sixième semaine – se déroule comme prévu.

Les commentaires de M. Poutine étaient les premiers qu’il faisait sur le conflit depuis plus d’une semaine. Contrairement aux premiers jours de la guerre, il a récemment gardé un profil plus bas.

Il visitait une installation spatiale dans l’est de la Russie avec le dirigeant biélorusse Alexandre Loukachenko, l’un de ses plus proches alliés, pour marquer le 61e anniversaire de la première sortie de Youri Gagarine dans l’espace.

Le dirigeant russe a affirmé qu’il n’avait pas eu d’autre choix que de lancer l’invasion afin de protéger les russophones dans l’est de l’Ukraine.

Le Kremlin affirme que l’Ukraine a commis un génocide contre les russophones dans l’est de l’Ukraine, mais il n’existe aucune preuve à l’appui.

« Les objectifs de cette offensive sont absolument clairs et nobles », a déclaré Vladimir Poutine. « D’un côté, nous aidons et sauvons des gens et de l’autre, nous prenons simplement des mesures pour garantir la sécurité de la Russie elle-même […] C’est clair que nous n’avions pas le choix. C’était la bonne décision, a-t-il ajouté.

Moscou a tourné son attention vers l’est de l’Ukraine, éloignant ses troupes du nord après avoir rencontré une forte résistance farouche au cours des premières semaines de l’invasion.

Selon l’ONU, 10 millions de personnes ont fui leurs foyers depuis le début de l’invasion.


Le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, a admis la semaine dernière que le pays avait subi des « pertes importantes de troupes » depuis le début du conflit.

Ni les estimations des pertes russes ni celles de l’Ukraine ne peuvent être vérifiées de manière indépendante – et les analystes pensent que la Russie pourrait minimiser son taux de pertes, tandis que l’Ukraine pourrait le gonfler pour remonter le moral des troupes.

L’économie russe a également été touchée à cause de nombreuses sanctions sévères imposées par les nations occidentales.

Crédit photo : bloomberg

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
error: Le contenu est protégé !!