AfriqueDivers

Ouganda: Un homme qui travaille depuis 32 ans à la morgue révèle pourquoi il aime les cadavres

Travailler à la morgue est l’un des emplois que beaucoup évitent à tel point qu’ils ont du mal à s’associer à des agents de la morgue, encore moins à leur serrer la main ou manger avec eux.

Cependant, tout comme les banquiers, les journalistes et les autres professionnels aiment leur travail et le font sans réserve, les hommes de la morgue aiment aussi avoir affaire à des cadavres.

Publicité

Basil Enatu, un Ougandais âgé de 57 ans, qui travaille depuis 32 ans sur des cadavres en tant que préposé à la morgue, est l’un des rares hommes qui ne voit pas d’inconvénient à travailler à la morgue et qui
ne préférerait aucun autre travail, selon lui.

L’homme qui est un père de famille travaille à l’hôpital régional de référence de Soroti en Ouganda depuis au moins 32 ans, raconte les difficultés de son travail et sa motivation à le faire depuis plus de trois décennies.

Il a déclaré au quotidien ougandais Uganda Monitor: «À l’époque où je buvais une bière locale, les gens ne voulaient pas partager une paille ou une calebasse avec moi. J’ai aussi remarqué un scénario dans lequel un vendeur devait laver le tube que j’avais utilisé pour prendre l’infusion avec de l’eau chaude. Les gens ne veulent même pas partager un pot ou me serrer la main », a déclaré Enatu.

Malgré les défis énumérés, il aime toujours être un préposé à la morgue, raison pour laquelle il le fait depuis des années sans en avoir marre. L’innocuité des cadavres est ce qu’il aime tant, d’où son amour sans faille pour son travail.

«J’aime travailler sur les corps parce qu’ils ne se plaignent pas, ne se battent pas, sont humbles et ne sont pas la cause de problèmes ».

« Après tout, riches ou pauvres, tous sont enterrés de la même manière en étant descendus dans la tombe … »

Eh bien, si tout le monde craint de travailler à la morgue, alors qui va habiller et garder les cadavres pour les familles jusqu’à ce qu’ils soient prêts à enterrer leurs proches décédés?

Pub


Certainement, les gens doivent faire des sacrifices pour le faire, tout comme Basil Enatu et d’autres, et ils doivent être appréciés plutôt qu’être mis à l’écart.

Felicia Essan

Tags

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer