Justice

Pakistan : il épouse une mineure de 14 ans et la justice lui donne raison

Au Pakistan, une fillette chrétienne âgée d’à peine 14 ans, Huma Younus a été enlevée, puis obligée de se marier à un musulman. La justice du pays vient de valider le mariage qui paraîtrait comme l’une des plus grosses restrictions aux droits humains.

Abdul Jabbar, un musulman a enlevé en octobre dernier, une fillette du nom de Huma Younus et l’a ensuite obligé à se marier avec lui. L’affaire conduite sur la table des juristes a été cautionnée par une validation du dossier. Huma Younus pourrait à présent, et contre son gré, vivre le restant de ses jours avec son kidnappeur.

Publicité

La charia, voici le tenant qui a conduit la Haute Cour de Karachi au Pakistan, de valider cette entreprise de l’homme le 3 février dernier. L’union de la jeune chrétienne avec son ravisseur musulman était bien valide, comme l’estime la justice.

«C’est la énième défaite de la justice et une autre preuve que l’État n’attache guère d’importance aux chrétiens en tant que citoyens pakistanais», a dénoncé Nagheena Younus, la mère de Huma, à la sortie de l’audience.

Une articulation de la charia, la loi islamique en vigueur dans certaines provinces du pays, autorise en effet qu’une jeune fille peut se marier après ses premières règles, et cela quel que soit son âge, mariage forcé ou non. Huma et sa famille ont donc beau porté leur cause du fait du jeune âge de la victime sans résultat, du moins juste et favorable.

Publicité 2


Depuis le procès, les parents de la jeune victime ne s’arrêtent de multiplier des messages à la communauté internationale afin de recouvrer la liberté de leur enfant. Pour eux, l’histoire de Huma Younus doit être un cas symbolique et permettre de mettre un frein à la pratique encore perpétrée dans les coutumes du pays.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer