DiversSociété

Pakistan: une femme lapidée à mort «par son mari et son frère»

Une femme de 24 ans aurait été lapidée à mort par son mari et son frère au Pakistan. Cet acte odieux a été commis le 27 juin passé.

La police nationale a trouvé un corps mutilé avec de graves blessures à la tête près de l’autoroute Indus le 27 juin. Elle a pu identifier le corps de Waziran qui vivait dans le village de Wadda Chachar.

Publicité

La police locale pense que la femme a été bombardée de pierres et frappée à plusieurs reprises avec un bâton en bois.

Dans une vidéo partagée en ligne, le père endeuillé de Waziran, Gurl Muhammed, a été vu près de sa tombe, pleurant à chaudes larmes tout en réclamant justice.

Les autorités ont déclaré que le père avait initialement déclaré que sa mort avait été causée par un accident mais avait ensuite retiré sa déclaration, alléguant qu’elle avait été tuée par son mari Allah Baksh et son frère Kareem.

Allah Baksh et son frère Kareem ont tous deux été arrêtés et sont toujours en garde à vue.

 Dans un communiqué, Allah Baksh affirme que sa propre famille était responsable de la lapidation parce qu’elle n’approuvait pas la décision de Waziran de l’épouser.

Une équipe d’enquête conjointe de trois hommes a été mise en place pour enquêter sur l’incident que la police considère comme un crime d’honneur.

Le meurtre d’honneur est décrit comme le meurtre d’un parent, en particulier d’une fille ou d’une femme, qui est réputée pour avoir déshonoré la famille et c’est courant au Pakistan comme c’est le cas ici :

Tags

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer